VIDEO - Première passe d'armes entre François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan

Élections Européennes 2019

DÉBAT PRÉSIDENTIEL - Lors du deuxième débat des candidats à la présidentielle, retransmis sur BFMTV et CNEWS, François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan se sont invectivés lors d'un échange sur le traité constitutionnel européen de 2005 et le passé de Premier ministre de François Fillon.

Lors de la première moitié du débat présidentiel, diffusé mardi 4 avril 2017 sur les chaînes d'informations en continu BFMTV et CNEWS, le candidat Les Républicains François Fillon et le candidat Debout la France Nicolas Dupont-Aignan se sont écharpés. autour de la question du traité européen de 2005. 

Tout a commencé par l'invective du candidat de Debout la France : "Franchement, François Fillon, qui peut vous croire ?" a-t-il lancé. Fillon riposte : "Monsieur Dupont-Aignan fait des leçons en permanence, mais la première fois que je l’ai vu, il était le chef de cabinet de François Bayrou. Comme quoi, il est dans le système depuis longtemps."

L'échange se poursuit, tendu : "Monsieur Fillon, je n'ai pas trahi mes idéaux. Je ne signerai pas les traités," a continué Nicolas Dupont-Aignan, avant que François Fillon ne rétorque : "Vous ne les signerez pas parce que vous ne serez pas élu." Nicolas Dupont-Aignan conclut : "Vous ne savez pas pour qui voteront les Français."

Voir aussi

Vous avez bafoué le vote des Français en 2005.- Nicolas Dupont-Aignan

En 2005, les Français rejetaient à 55% le traité de constitution européenne, lors d'un référendum historique. Pourtant, en 2008, le président Nicolas Sarkozy rendait caduque le vote populaire, en faisant voter au parlement une nouvelle mouture du texte, le traité de Lisbonne. Mardi 4 avril au soir, Nicolas Dupont-Aigan a parlé, pour désigner cet évènement, de "viol démocratique", raison pour laquelle, rappelle-t-il, il a quitté l'UMP. Le candidat de Debout la France reproche donc au candidat Fillon, alors Premier ministre du gouvernement Sarkozy, d'avoir fait passer en force le traité européen en 2008.  

Lire aussi

"Je rappelle qu’il y a eu une élection présidentielle en 2007. A l’occasion de cette élection, un engagement avait été pris. Le peuple s’est prononcé. Le résultat ne vous a pas satisfait donc vous le critiquez", s’est justifié François Fillon.

Sur le même sujet

Lire et commenter