VIDÉO - Dupont-Aignan : "S'il est encore temps, Fillon devrait renoncer, même Mélenchon le devance"

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
CAMPAGNE - Invité de LCI lundi 10 avril, Nicolas Dupont-Aignan a de nouveau appelé le candidat de la droite à se retirer de la course à la présidentielle. Et répondu aux critiques qui l'accusent d'être un "Taubira de droite".

Il est l'homme par qui les Républicains voient l'affaissement de leur candidat arriver. Nicolas Dupont-Aignan, invité de LCI lundi 10 avril, est accusé par les soutiens de François Fillon de contribuer, par sa candidature, à  son élimination dès le premier tour. Donné à 3 % dans les sondages, il a été ainsi affublé du surnom, peu amène de ce côté-ci de l'échiquier politique, de "Taubira de droite". Référence à la candidature en 2002 de l'ancienne ministre qui, avec un peu plus de 1 % au premier tour, avait été tenue responsable de l'élimination de Lionel Jospin au premier tour, au profit de Jean-Marie Le Pen.


La comparaison a pas mal fait rire l'intéressé : "Un premier sondage Sofres donnait François Fillon à 30 %. Il est à 17 %. Sans se fixer sur les sondages, c'est me faire beaucoup d'honneur. [...] Au lieu de balayer devant leurs portes, de faire le ménage, ils m'attaquent moi, dont la vie politique a été d'une droiture totale, qui ai quitté l'UMP quand il gagnait parce que c'était contraire à mes convictions. Etre attaqué par ces gens-là, c'est un honneur". 

Une réponse qui intervenait juste après que le candidat souverainiste avait appelé, une nouvelle fois, François Fillon à se retirer : "S'il en est encore temps, François Fillon devrait renoncer à l'élection. Il est en train d'emmener la droite dans le mur de l'échec. Même monsieur Mélenchon le devance aujourd'hui. Tous les jours, j'ai des centaines de républicains gaullistes qui m'appellent pour me dire : 'Mais comment peut-on faire ça ?' Je supplie les républicains, les hiérarques, les oligarques républicains, d'arrêter cette folie."

Une "folie", donc, qui pourrait être stoppée en suivant un homme, anaphore à l'appui : "Il faut à l'Elysée un homme exemplaire qui ne dépende d'aucun intérêt financier ; il faut à l'Elysée un homme qui relance l'économie et qui n'augmente plus les impôts ; il faut à l'Elysée quelqu'un qui n'aille pas chercher ses instructions à Bruxelles, qui rétablisse les frontières et défende la Nation". Qui est cet homme, selon Nicolas Dupont-Aignan ? Lui, bien sûr : "C'est moi, j'en suis absolument convaincu : je suis le seul qui puisse remobiliser un électorat qui aime la France et qui ne votera pas Fillon, [...] le seul à pouvoir empêcher Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon d'entrer à l'Elysée, ce qui serait tragique."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter