VIDÉO - Edouard Philippe sur TF1 : "la situation" implique de "tenter quelque chose" qui ne l'a jamais été

MATIGNON - Le successeur de Bernard Cazeneuve était l'invité du 20-Heures de TF1 lundi soir, quelques heures après l'annonce de sa nomination à Matignon. "Je me suis dit que la situation dans laquelle nous étions, était suffisamment inédite pour que nous tentions quelque chose qui n'a jamais été tenté", a-t-il déclaré.

Quelques heures après sa nomination à Matignon, le nouveau Premier ministre Edouard Philippe suscite de vives réactions, notamment au sein de sa famille politique, Les Républicains. Invité du 20-Heures de TF1, le nouveau chef du gouvernement rallié à Emmanuel Macron a expliqué comment il avait pris cette décision "difficile" d'accepter cette fonction. 

Premier ministre, ce n'est pas une décision qu'on prend à la légère. J'ai réfléchi, j'ai consulté un peu. Je me suis dit que la situation était suffisamment unique pour que nous tentions quelque chose qui n'avait jamais été tentéEdouard Philippe

Edouard Philippe estime qu'il y a "quelque chose de gaullien" dans la proposition d'Emmanuel Macron de constituer "une majorité avec des gens issus de la droite, de la gauche, de la société civile pour faire avancer le pays". A l'adresse de ses camarades LR, il en appelle "à tous ceux qui respectent l'engagement partisan" : 

Quand le pays va mal, on y vaEdouard Philippe

Un gouvernement "rassembleur de compétences"

Ne divulguant rien de la composition du gouvernement, qui doit être annoncée mardi, le Premier ministre a simplement indiqué qu'il était "en train de constituer" l'équipe, promettant un exécutif "rassembleur de compétences". 


Tiendra-t-il son équipe gouvernementale ? "Il faut recomposer la vie politique", explique-t-il. "Faire avancer le pays, c'est un ciment puissant. Il nous importe de trouver les bonnes personnes qui partagent cet esprit de refus du sectarisme". 

En vidéo

Edouard Philippe : "La boxe rend très humble"

Parmi les compétences du nouveau locataire de Matignon : la boxe. "J'en fais trois fois par semaine. C'est un sport qui permet de se contrôler, de contrôler son souffle, sa peur, sa rage parfois". Des qualités forcément requises pour diriger un gouvernement. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet