VIDÉO - Enfarinage, entartage... François Fillon n'est pas le seul à en avoir fait les frais

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

COMPILATION - François Fillon a été victime jeudi d'un enfarinage à son arrivée à un meeting à Strasbourg. Mais le candidat de la droite à la présidentielle n'est pas le seul à être devenu blanc comme neige. Tour d'horizon de ces attaques... culinaires.

Habitué des concerts de casseroles et des cris depuis sa mise en examen dans l'enquête sur les emplois présumés fictifs de sa famille, François Fillon a été cette fois la cible d'un enfarinage à son arrivée au meeting de Strasbourg... sous l'oeil des caméras. "Je suis la cible d'un acharnement impitoyable (...) Ils essaient tout pour me décourager, même les plus minables arguments. J'espère au moins que la farine était française". Mais qu'il se rassure, le candidat de la droite à la présidentielle n'est pas le seul à en avoir fait les frais.

Hollande et Valls enfarinés

Et s'il croit aux signes, celui-là pourrait lui permettre d'espérer accéder à l'Élysée. En effet François Hollande, alors candidat en 2012, avait été lui aussi enfariné lors de son passage à la porte de Versailles, à Paris, lors de la présentation d'un rapport de la Fondation Abbé-Pierre sur le mal-logement. Le socialiste avait fait preuve de sang-froid derrière son pupitre. 

Et Strasbourg, décidemment, ne réussit pas aux politiques. Manuel Valls avait dû lui aussi essuyer une rafale de poudre lors d'un déplacement sur le marché de Noël. L'élu avait fait preuve d'humour : "C'était de la farine sans gluten, j'apprécie l'attention". Beaucoup moins drôle, l'ex-candidat à la primaire de la gauche a par la suite été giflé à Lamballe, dans les Côtes-d'Armor.  

Voir aussi

Macron, la tête d'oeuf

L'ex-ministre de l'Économie a été par deux fois la cible de jets d'oeufs. Une fois lorsqu'il était en déplacement à Montreuil pour dévoiler un timbre célébrant le 80e anniversaire du Front populaire. Il avait jugé ces comportements "inacceptables". Et plus récemment, lors de son passage au salon de l'Agriculture à Paris. 

Voir aussi

Chevènement, Delors, Jospin et Juppé entartés

Jacques Delors aspergé de crème à raser et coiffé d'une tarte à la crème lors d'une conférence à l'IEP de Grenoble, Alain Juppé à Aix-en-Provence, Lionel Jospin entâché de ketchup... Les agresseurs ne manquent d'idées. Au Salon du livre à Paris en 2002, Jean-Pierre Chevènement, venu dans le cadre de sa campagne présidentielle pour dédicacer son livre, a reçu une tarte à l'ananas au visage. Tentant de prouver qu'il avait été victime de "violences volontaires avec préméditation", il avait réclamé 50.000 euros d'amende, sans pour autant obtenir gain de cause...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter