VIDÉO - Philippe Martinez (CGT) : "Le FN est un parti xénophobe, anti-femmes et libéral"

DOUBLE JEU - Invité de LCI, Philippe Martinez n'a pas dit qu'il voterait Emmanuel Macron. Mais l'essentiel de l'interview a tourné autour de sa critique virulente des positions du Front national, dont il a pointé du doigt la duplicité sur le plan économique.

C'est à un grand réquisitoire anti-Front national que Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, s'est livré, lundi 1er mai, sur le plateau de LCI, alors que son organisation doit manifester, en début d'après-midi, entre République et Nation. Invité à trancher clairement entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le syndicaliste n'a pas voulu appeler à voter pour le candidat d'En Marche ! faisant valoir que les politiques libérales menées par Emmanuel Macron, qu'il juge nocives pour l'emploi et les services publics, faisaient monter le Front national.


S'il critique Emmanuel Macron, Philippe Martinez ne le place pas toutefois sur le même plan que le Front national. D'abord en raison des postures identitaires du FN, qui fait valoir la nécessité d'introduire la priorité nationale dans la Constitution : "Le FN est un parti raciste, xénophobe, anti-femmes. Ce n'est pas la même chose." Ensuite en raison de la posture économique du parti de Marine Le Pen qui joue clairement la carte de la défense des ouvriers contre la mondialisation sauvage, comme elle a pu tenter de le faire à Whirlpool, mercredi 26 avril.

"Des mots de façade et des affichages"

Une attitude intenable, juge Philippe Martinez : "Le Front national est un parti libéral. [...] Comment peut-on financer la retraite à 60 ans en supprimant (en réalité, un allègement non chiffré, ndlr) les cotisations sociales", s'interroge-t-il au sujet d'une des mesures phares du parti. "C'est le principe de la protection sociale en France : cotiser pour que tout le monde ait quelque chose. Derrière des mots de façade, des affichages, c'est un parti libéral en plus d'être raciste et xénophobe."


A noter que le patron de la CGT a aussi estimé que le FN voulait que "les femmes restent à la maison". Même si pareille mesure n'est évidemment pas énoncée clairement dans le programme de Marine Le Pen, reste que le parti a des mots très durs contre les mesures favorisant la parité dans le monde professionnel. Sans oublier qu'un de ses députés européens avait proposé, en 2015, de favoriser le fait que les femmes restent au foyer pour "libérer des emplois".

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle


Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le second tour de l'élection présidentielle 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet