Fillon et l'avortement : sur LCI, Benoist Apparu met la pression sur le favori de la primaire

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
OFFENSIVE - Le camp Juppé lance l'offensive contre François Fillon, qui compte 15 points d'avance au premier tour de la primaire de la droite et du centre. Parmi les angles d'attaque : le conservatisme du favori. Sur LCI, Benoist Apparu, porte-parole d'Alain Juppé, s'en est pris à sa vision de l'avortement.

C'est ce que l'on appelle une attaque coordonnée. Alors qu'Alain Juppé demandait à François Fillon, mardi 22 novembre au matin sur Europe 1, de "clarifier sa position sur l'avortement", son porte-parole, Benoist Apparu, menait une offensive similaire sur LCI. Après avoir rappelé l'opposition de François Fillon au Mariage pour tous, "qui est pour nous une avancée sociétale", jugeant que la remise en cause de l'adoption plénière par les couples homosexuels revenait à "supprimer cette loi", le député a fait référence aux propos passés du favori de la primaire sur l'avortement. 

François Fillon a une vision conservatrice. Cela ne veut pas dire qu'il va revenir sur l'avortement, mais il a besoin d'éclaircir ses positions personnellesBenoist Apparu

Par le passé, François FIllon avait voulu séparer son "opinion personnelle" sur le sujet et "l'intérêt général". Tout en affirmant qu'il ne reviendrait pas sur le droit à l'avortement, il avait expliqué que, "philosophiquement et compte tenu de sa foi personnel", il "désapprouvait" l'avortement. En outre, après avoir estimé que l'avortement était un "droit fondamental", il avait rétropédalé, le présentant comme un simple droit. 


"Il y a souvent du flou artistique", a jugé Alain Juppé sur Europe 1. "Je considère moi que c’est un droit fondamental, et je n’ai pas changé d’avis", attaque le maire de Bordeaux, qui doit tenter de rattraper le retard de 15 points sur son rival au premier tour de la primaire.

Ambiguïté sur l'avortement, droit simple ou "fondamental"

Invité de LCI ce mardi matin, le président du Sénat Gérard Larcher a volé au secours de François Fillon. "Il peut avoir ce sentiment personnel, il n’est pas question de toucher à ce droit qui est fondamental", a martelé le sénateur, évoquant "un débat d'entre-deux tours" qui "ne sera pas" un débat de la campagne présidentielle".  Idem pour la loi Taubira sur le mariage homosexuel : "Il n'a jamais dit qu'il l'abrogerait. Il est pour l'adoption simple, et non plénière, il met les droits des enfants en première ligne". 

Un peu plus tôt, sur Europe 1, Jérôme Chartier, lieutenant de François Fillon, n'avait pas exactement la même lecture que le président du Sénat. "François Fillon l’a dit, c’est un droit sur lequel personne ne reviendra. C’est un droit très fort, mais il y a une différence avec un droit fondamental", qui relève de la Déclaration des droits de l'Homme et de la Constitution. Une différence d'analyse qui semble justifier la demande de "clarification" du camp Juppé.

En vidéo

Alain Juppé aimerait "que François Fillon clarifie sa position sur l'avortement"

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter