Survolté, Benoît Hamon tire à boulets rouges sur Marine Le Pen, Emmanuel Macron et François Fillon

Survolté, Benoît Hamon tire à boulets rouges sur Marine Le Pen, Emmanuel Macron et François Fillon
Élections Municipales 2020

ATTAQUES FRONTALES - François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron : les trois principaux adversaires de Benoît Hamon à la présidentielle, ont été fortement attaqués par le candidat socialiste lors de son meeting à Bercy. L'occasion pour lui de reprendre place dans la campagne et de s'affirmer comme le seul et vrai candidat de la gauche de cette élection.

Lors de son meeting à Bercy, où ses équipes ont annoncé avoir réuni 25.000 personnes (en comptant celles qui n'ont pas pu rentrer, massées à l'extérieur), Benoît Hamon a pour la première fois attaqué frontalement et fortement ses principaux adversaires. François Fillon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont concentré toutes les attaques du candidat socialiste, quand Jean-Luc Mélenchon a été épargné. A travers ces critiques, Benoît Hamon s'est placé comme le représentant de la gauche sociale-démocrate, antiraciste, écologiste, féministe, attentive aux plus pauvres et soucieuse du bien-être des générations futures.

Le vainqueur de la primaire de la gauche a longuement attaqué ses adversaires et les liens qu'ils entretiennent avec l'argent. Visant Emmanuel Macron, il a rejeté "un pays où l'argent serait roi, voire même la seule raison d'être" et "un pays où les alternances démocratiques deviendraient sans objet, puisque gauche et droite travailleraient ensemble [...] au service des gagnants". "Vous êtes chômeurs ? Créez votre entreprise ! Vous êtes pauvres ? Devenez milliardaires ! Vous n'avez qu'un tee-shirt ? Allez vous acheter un costume, diable !" a-t-il lancé, faisant allusion à des propros controversés tenus par Emmanuel Macron face à un ouvrier.

Lire aussi

En vidéo

Présidentielle : les chiffres-clés du meeting de Benoît Hamon à Bercy

"Le parti de l'argent a trop de candidats dans cette élection"

Mais Benoît Hamon s'est fait remarquer par la tirade suivante, visant ses trois adversaires à la fois : "Je veux d'abord le dire solennellement : le parti de l'argent a trop de candidats dans cette élection. Ce parti de l'argent a plusieurs noms, plusieurs visages, il a même plusieurs partis." "L'argent a mis son emprise sur cette élection. L'un nous dit, moderne, comme le père Guizot sous la Restauration : 'Enrichissez-vous'", a-t-il déclaré en visant Emmanuel Macron. "Les deux autres pensent 'Enrichissez-nous'" a-t-il ajouté en visant François Fillon et Marine Le Pen empêtrés dans des affaires d'emplois fictifs. "Il y en a qui ont le sens des affaires, moi j'ai le sens de l'Etat." Le socialiste a également parlé des "candidats des intérêts", à savoir François Fillon et Emmanuel Macron, et de la "candidate de la haine assumée", soit Marine Le Pen.

"Les idées d'extrême-droite tuent"

Dans de nombreuses tirades dénonçant le racisme, Benoît Hamon s'en est pris à Marine Le Pen et à son parti. "L'extrême-droite a tué tant des nôtres : Jaurès, Guy Moquet, Clément Méric. [...] Ne laissez pas les idées d'extrême-droite empoisonner vos esprits parce que ces idées-là tuent. Ne les laissez pas vous diviser selon votre naissance, votre quartier, votre couleur de peau, votre religion, votre nom, l’origine de vos parents."

En vidéo

"Les idées du Front National tuent", accuse Benoît Hamon

"Tartuffe François Fillon"

Toujours pour dénoncer le racisme, Benoît Hamon s'en est pris plus directement au parti Les Républicains. "Mais quelle clause Tartuffe que cette clause Molière inventée par la droite avant les élections pour empêcher que l’on parle une autre langue que la nôtre sur les chantiers. Mais comment aurait-on reconstruit la France sans les Polonais, sans les Portugais, sans les Italiens, sans les Espagnols, sans les Marocains, sans les Algériens, sans les Sénégalais ? Comment, Tartuffe que vous êtes ! Tartuffe Wauquiez, Tartuffe Pécresse, Tartuffe François Fillon. Et tout ça pour plaire à qui ? A Marine Le Pen !"

Lire aussi

En vidéo

Benoît Hamon s'en prend au "Tartuffe François Fillon" après sa proposition de la mise en place d'une "clause Molière"

Benoît Hamon n'a pas oublié Manuel Valls

Toute l'info sur

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Benoît Hamon a même critiqué des membres de son propre parti, notamment Manuel Valls. "Nous avons ces dernières semaines affrontés des vents contraires, et même une forte houle. Certains avaient d’ailleurs quitté le navire dès le premier zéphyr. C’est peut-être un trait de caractère assez breton, mais moi je sais garder la nuque raide. Raide face à l’épreuve. Je tiens bon dans la tempête." Le matin même, l'ancien Premier ministre avait publié une tribune dans le JDD pour expliquer son refus de supporter Benoît Hamon dans cette campagne présidentielle.

Lire aussi

En vidéo

"Certains ont quitté le navire mais je tiens bon dans la tempête", le tacle de Benoît Hamon à Manuel Valls et les autres déserteurs

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent