VIDÉO - Claude Angeli du "Canard enchaîné" sur l'affaire Fillon : "On n'est pas des tueurs"

INVESTIGATION - Invité de LCI matin jeudi 9 février, l'ex-rédacteur en chef et désormais chroniqueur du "Canard enchaîné" a répondu aux arguments des défenseurs de François Fillon, et défendu l'hebdomadaire satirique d'investigation.

"Il vaut mieux que ces choses-là sortent, plutôt qu'on élise monsieur Fillon, qui était déjà promu à l'avance président de la République, avec un comportement comme c'est le cas." Invité de la matinale de LCI jeudi 9 février, Claude Angeli, ancien rédacteur en chef du Canard enchaîné, a livré sa vision de "l'affaire Fillon". 

On ne doit pas garder une information parce qu'elle favoriserait un tel ou un tel"Claude Angeli

Interrogé sur les critiques dont fait l'objet le "Canard" par les défenseurs de François Fillon, qui crient à "l'assassinat politique" et prônent bien volontiers la théorie du complot, Claude Angeli défend la position du journal d'investigation : "Le travail d'un journaliste, c'est de révéler ce qu'il sait." Et d'ajouter : "On ne doit pas garder une information parce qu'elle favoriserait un tel ou un tel." 

Mais ce ne sont pas les seules critiques qui sont faites à l'hebdomadaire, accusé de "feuilletonage" de l'affaire par certains éditorialistes et soutiens de François Fillon pour faire monter l'attente autour des informations qu'il va sortir. A cela, Claude Angeli affirme que les dernières informations sorties par le Canard sur les indemnités de licenciement de Penelope Fillon ont été obtenues la veille de leur publication, "à 1 heure de l'après-midi, quelques heures avant que les rotatives impriment le Canard".

"On n'est pas des tueurs, on n'est pas des procureurs", finit enfin Claude Angeli pour répondre aux critiques accusant sa rédaction et l'ensemble de la profession de se muer en "tribunal médiatique" (essentiellement en provenance de François Fillon et de son entourage). "Vous savez, quand la presse, les radios et les télés s'emparent d'une information comme celle-là, c'est qu'elle est importante, et ça veut dire que toute l'opinion doit réfléchir sur la façon dent ce système fonctionne", a-t-il ajouté. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Penelope Fillon

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter