VIDÉO - Le bras droit de Macron descend en flammes le "Le Pen circus"

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

CONTRE-ATTAQUE - Au lendemain de la séquence très mouvementée de Whirlpool, à Amiens, le secrétaire général d'En Marche!, Richard Ferrand, a défendu pied à pied son poulain, en égratignant les coups de com' de Marine Le Pen.

Richard Ferrand était très remonté, jeudi 27 avril sur LCI. Le secrétaire général d'En Marche ! toujours député PS, n'a pas mâché ses mots contre Marine Le Pen, suite à son opération médiatique rondement menée à l'usine de Whirlpool, menacée de fermeture, pendant qu'Emmanuel Macron rencontrait les syndicalistes de l'usine, non loin de là, à Amiens.

"Des selfies avec des salariés en souffrance"

Interrogé sur le fait que l'équipe Macron subirait le "tempo" de Marine Le Pen, le député a aussitôt réagi : "Ce n'est pas nous qui allons régler le 'Le Pen Circus' qui consiste à aller faire des image et de la com' en toutes circonstances." Car la critique de la com' de Marine Le Pen est tout, dans l'argumentaire des proches du candidat. Y compris donc chez Richard Ferrand, qui n'a pas du tout apprécié le comportement de l'adversaire de son champion : "La vie politique, c'est de savoir quelles sont les solutions mises sur la table pour résoudre les problèmes des Français, et pas aller faire du cirque en prenant des selfies avec des salariés en souffrance puis repartir pendant que d'autres restent des heures pour trouver des solutions."

Le déplacement de Marine Le Pen, ce jeudi matin, auprès de pêcheurs sur le littoral héraultais, est lui aussi épinglé : "Ce n'est pas monter sur un bateau pour faire coucou et dire qu'elle aime la France qui se lève tôt." Une pratique à laquelle un certain Emmanuel Macron s'est livré à plusieurs reprises, que cela soit à Rungis récemment ou, comme le dit Richard Ferrand, "à Guilvinec, où Emmanuel Macron a travaillé avec des pêcheurs et parlé de l'impact du Brexit sur leur activité."

Lire aussi

"Réveillez-vous, les journalistes !"

Le secrétaire général d'En Marche! a eu, dans le même cadre, un mot doux pour les médias : "Il y en a un qui reste trois heures au travail et il y en a une qui vient faire des selfies, mais prenez-en la mesure, tout de même, réveillez-vous, les journalistes !"

Mais les oreilles de Marine Le Pen n'ont pas arrêté de siffler à ce moment-là. Son allusion au fait qu'Emmanuel Macron mangeait "des petits fours avec les syndicalistes" ? "Une singerie haineuse". Les solutions de la candidate pour sauver l'usine ? "Stupide, impratiquable et inefficace". "Nous, on veut agir au niveau du cadre européen non pas en séchant les séances du Parlement européen comme le Front national et Marine Le Pen, mais en regardant comment on fait converger les règles fiscales et sociales pour éviter les délocalisations."

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle

Et aussi

Lire et commenter