VIDÉO - "60% de Français n'ont pas de religion" : d'où vient le chiffre avec lequel Mélenchon a repris Le Pen ?

DirectLCI
DÉBAT PRÉSIDENTIEL - Lors du deuxième débat de la présidentielle, le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a répondu avec fermeté à la volonté de Marine Le Pen de "mettre des crèches dans les municipalités". Une passe d'armes qui rappelle celle qui avait eu lieu autour du burkini, entre Macron, Le Pen et Mélenchon, lors du Grand débat sur TF1, le 20 mars 2017.

Après la morale en politique et les travailleurs détachés, c'est la question de la religion qui donné lieu à un vif échange entre les candidats, mardi 4 avril 2017, lors du deuxième débat de la présidentielle. Marine Le Pen a remis sur la table un thème  cher au Front national : celui des crèches de Noël dans les mairies. "Je veux aussi protéger la culture et l’identité des Français," affirmait ainsi la candidate. "Et l’inscription dans la Constitution de cette phrase permettra de mettre des crèches dans les municipalités. La protection de ce patrimoine est essentiel, et les Français l’attendent parce qu’ils se sentent bousculés dans leur mode de vie, dans les mœurs".

60% des Français n'ont pas de religion, alors fichez-nous la paix avec la religion !Jean-Luc Mélenchon

Il n'en fallait pas plus pour le candidat de la France insoumise pour s'énerver contre Marine Le Pen. "Vous voulez mettre des signes religieux dans les mairies ? C’est ça votre vision de laïcité ?", lui demande alors Jean-Luc Mélenchon. "C’est notre identité", rétorque Marine Le Pen. "Mais 60% des Français n’ont pas de religion, fichez-nous la paix avec la religion !", répond, exaspéré, Mélenchon. Un chiffre qui se rapproche de ceux avancés par une étude Gallup de 2012, où 29% des Français interrogeait s'y déclaraient "athée convaincu" et 34%, "non religieux", soit un ensemble de 63%. "Cela ne participe pas de la religion, mais de nos racines", asseoit la candidate FN. 

Ce n'était pas la première fois que les candidats s'étaient écharpés autour de la question de la religion. Lors du premier débat déjà, la position de Marine Le Pen sur le burkini avait également fait réagir Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Mais de façon un peu plus placide pour le député européen.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter