VIDÉO - Philippe Poutou dénonce "l'escroquerie" des anti-système et vise Marine Le Pen

L'HÔPITAL ET LA CHARITÉ - Sur le plateau de LCI mercredi matin, le candidat-ouvrier, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, s'est moqué de la propension des principaux candidats à se présenter comme anti-système. A commencer par Marine Le Pen.

Philippe Poutou ne paraît jamais s'indigner, mais il avait l'oeil rieur, mercredi 22 mars, quand Audrey Crespo-Mara a évoqué auprès de lui, dans la matinale de LCI, la façon dont bien des candidats à l'élection présidentielle avaient tendance à se présenter en opposants au "système". 

Nous, on ne peut pas se permettre de dire à la police : "On vient pas"Philippe Poutou à propos de Marine Le Pen

François Fillon, l'élu depuis 32 ans qui se décrit en "balafré" refusant de s'effacer devant le "tribunal médiatique", Emmanuel Macron, ancien banquier et haut fonctionnaire qui se voit en héraut de l'anti-système... qu'en pense Philippe Poutou ? "Il y a un côté escroquerie. On voit des gens complètement intégrés dans le système, qui vivent du système, très bien même, qui sont protégés par le système et qui le critiquent."


"Quand on voit [Marine] Le Pen dire qu'elle ne répondra pas à une convocation de police..." fustige-t-il, rappelant que la candidate frontiste avait fait valoir son immunité parlementaire pour ne pas répondre aux questions des enquêteurs au sujet des emplois présumés fictifs du Front national au Parlement européen. "Nous, on ne peut pas faire ça, il y a plein de gens qui ne peuvent pas se permettre de dire à la police : 'Ben nous, on vient pas.' Il y a une position de démagogie, pour récupérer le mécontentement des gens."

Si je n'étais pas candidat, je crois que je m'abstiendraisPhilippe Poutou

Mais Marine Le Pen n'est pas la seule à avoir essuyé les flèches du candidat ouvrier. Interrogé sur sa proximité avec les autres candidats de gauche, Philippe Poutou a vertement reproché à Benoît Hamon son appartenance au Parti socialiste, quand Jean-Luc Mélenchon, avec qui il partage des "convergences", a été ciblé pour cette même appartenance au PS jusqu'en 2008 et sa longévité en politique. De quoi l'amener à répondre à la question de son vote si jamais il n'avait pas pu participer à la présidentielle : "Si je n'étais pas candidat, je crois que je m'abstiendrais".


Quant au fait de s'être fait "dérober" la paternité du concept, le candidat du NPA relativise. "On ne se vante pas d'être anti-système, même si on essaie de combattre cette société, ce système capitaliste. Encore une fois, on est dans la critique, mais on essaie de s'en sortir. C'est difficile parce que l'ambiance est à la résignation, les gens en ont marre. Nous, on essaie de créer de l'espoir, de trouver des perspectives pour changer ce monde-là."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter