VIDÉO - "Ce sont des cons", Louis Aliot répond à ceux qui disent que Marine Le Pen est bien la fille de son père

PETITE POLITIQUE - La candidate FN à la présidentielle s'est attirée les foudres de la classe politique en déclarant dimanche que "la France n'est pas responsable du Vel d'Hiv", depuis la polémique enfle. Son conjoint et vice-président du FN a répondu aux différentes critiques.

Le député européen était interrogé ce lundi à la suite de la sortie polémique de Marine Le Pen à propos du Vel d'Hiv. En effet dimanche, la candidate FN à la présidentielle s'était attirée une volée de critiques en déclarant que "la France n'est pas responsable du Vel d'Hiv", alors qu'elle était interrogée sur la rafle et la décision du président Jacques Chirac de reconnaître en juillet 1995 la responsabilité du pays. 

Pour le vice-président du Front national, il s'agit d'une "instrumentalisation politique". "La vérité n’est pas celle-là. La position de Marine a été celle constante depuis le Général de Gaulle sur cette question, François Mitterrand compris, et elle ne pose des problèmes qu’à ceux qui l’a créent."


Le conjoint de la candidate à la présidentielle s'est emporté lorsqu'une journaliste lui a demandé ce qu'il pensait de ceux qui disent que Marine Le Pen a prouvé après ses propos qu'elle était bien la fille de son père. "Ce sont des cons", a-t-il lancé, en partant à toute vitesse. 

En vidéo

Polémique sur le Vel d'Hiv, Louis Aliot répond à François Fillon et Emmanuel Macron

Que François Fillon balaie devant sa porte comme les socialistes avec François Mitterrand et René Bousquet et après peut-être, ils pourront nous donner des leçons Louis Aliot

Louis Aliot a également répondu à la critique de François Fillon qui accusait le Front national d’avoir dans ses rangs beaucoup de nostalgiques du régime de Vichy : "Jamais autant que Maurice Papon, qui était au RPR et dont il a été un affilé", s'est-il indigné, en évoquant également du côté socialiste les rôles qu'ont tenus René Bousquet et François Mitterrand durant cette période.


Enfin à Emmanuel Macron qui avait jugé lundi dans un tweet que les propos de Marine Le Pen étaient "une faute politique et historique lourde", le conseiller municipal de Perpignan a jugé qu'il s'agissait de "petite politique", et que le candidat d'En Marche s'en servait pour "justifier le néant de ses positions et propositions".

Une polémique "artificielle" pour la principale intéressée

En vidéo

VIDÉO - Vel d'hiv, Marine Le Pen répond : Je considère que cette polémique est indigne car j'ai exprimé la position du général de Gaulle

En retour, Marine Le Pen, qui s'était déjà expliquée la veille par un communiqué, initiative rare, s'est dite lundi "indignée par "cette opération d'instrumentalisation politique". La présidente du Front national s'est estimée du côté" des gaullistes historiques" : "J’ai exprimé la position du Général de Gaulle, et d’ailleurs celle de François Mitterrand, et celle tous les présidents qui se sont succédés jusqu’à Jacques Chirac et qui considèrent que la France était à Londres et qu’en aucun cas, la France était représentée par le régime collaborationniste de Vichy". 


Avec cette déclaration, Marine Le Pen a appliqué à la mémoire du Vel d'Hiv le 97e de ses 144 "engagements présidentiels": "le refus des repentances d'État qui divisent".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter