VIDÉO : Fillon annonce sa future mise en examen mais maintient sa candidature

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
RETRAIT – Alors que de nouvelles rumeurs d'abandon ont circulé toute la matinée, François Fillon a indiqué ce mardi midi qu'il resterait candidat à l'élection présidentielle malgré sa prochaine convocation en vue d'être mis en examen.

"Je ne céderai pas. Je ne me rendrai pas. Je ne me retirerai pas". Quelques heures à peine après avoir annulé sa visite au Salon de l’Agriculture, François Fillon a assuré qu'il allait continuer sa campagne malgré sa convocation le 15 mars en vue d'être mis en examen. "Je suis respectueux de nos institutions, je ne désespère pas de la justice, même si ce que nous venons d’en voir n’est pas de nature à nous rassurer. Je leur dirai ma vérité, qui est la vérité", a-t-il assuré. 


Empreint d'une colère froide, il a indiqué "s'en remetttre au peuple français, parce que seul le suffrage, et non une procédure menée à charge, peut décider qui sera le prochain président de la république française" a martelé le vainqueur de laprimaire de la droite lors d'une conférence de presse à son QG de campagne.


Ébranlé depuis plusieurs semaines par des soupçons d'emplois fictifs dont auraient bénéficié sa femme et ses enfants, il a juré n'avoir rien à se reprocher et a dénoncé un "assassinat politique".  "C'est un assassinat [politique] en effet. Mais ça n'est pas moi qu'on assassine, c'est l'élection présidentielle", a-t-il expliqué. 

"La France est plus grande que mes erreurs"

"Depuis l'origine, et contrairement à ce qui a été dit, je n'ai pas été traité comme un justiciable comme les autres",  a déploré le candidat des Républicains, qui considère que "l’Etat de droit a été systématiquement violé" dans cette affaire.


"Ce n'est pas de moi qu'il s'agit, de mes droits, ou de la présomption d'innocence. C'est de vous, dont la volonté souveraine ne peut être annulée, annihilée, détruite. Je serai au rendez-vous que la démocratie, et elle seule, nous donne, pour choisir notre avenir collectif", a poursuit l'ancien Premier ministre. 


"La France est plus grande que nous. Elle est plus grande que mes erreurs. Elle est plus grande que les partis pris d'une large part de la presse. Elle est plus grande que les emballements de l'opinion elle-même. Et c'est parce que je suis totalement décidé à servir cette France là que je m'opposerai, de toutes mes forces, à ce que le hasard ou le calcul décident de son sort et de l'avenir des Français au moment d'une consultation décisive", a conclu  François Fillon

En vidéo

François Fillon annonce qu'il est convoqué le 15 mars en vue d'une mise en examen

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Penelope Fillon

Sur le même sujet

Lire et commenter