VIDÉO - "Les Français ne veulent pas revoir Macron ou Fillon" : Dupont-Aignan, le "dégagiste" de droite

DU BALAI - Invité de LCI mercredi matin, le candidat à la présidentielle pour Debout la France n'a pas ménagé Emmanuel Macron et François Fillon, sur un air de "dégagisme" qui n'est pas sans rappeler un certain Jean-Luc Mélenchon (qu'il n'a pas non plus épargné).

Pour Nicolas Dupont-Aignan, la table rase est de mise, surtout quand il s'agit de se dégager un chemin vers le second tour de la présidentielle. Et peu importe qu'il soit à moins de 5% dans les sondages. Le candidat de Debout la France à la présidentielle a sorti l'artillerie lourde, mercredi matin sur LCI, sur le thème du "dégagisme" cher à Jean-Luc Mélenchon. Le terme n'est pas utilisé, mais l'intention est bien là.

Macron, "la réincarnation de Hollande"

Et la cible du souverainiste est bien claire. Elle s'appelle Emmanuel Macron, à qui il reproche d'être l'héritier de François Hollande et de rallier à son panache des routiers de la politique. Et le récent soutien de Manuel Valls ne va rien arranger : "Il rassemble tous ceux qui ont été désavoués par les Français, donc bon courage et bonne chance. C'est une bulle qui grossit, grossit... et qui finira par exploser quand on s'apercevra que c'est la réincarnation de François Hollande. Si les Français ont envie de continuer avec ce quinquennat désastreux et ne se souviennent pas que monsieur Macron, c'est 600.000 chômeurs de plus..."


Le même jugement péremptoire accompagne François Fillon, accusé de "prendre en otage l'électorat de droite" avec ses déboires judiciaires, et renvoyé à ses anciennes fonctions de Premier ministre. "Je suis convaincu que les Français ne veulent pas revoir monsieur Macron ou Fillon, parce qu'ils ont gouverné." Et le député de l'Essonne, qui envisage tout de même d'employer des gens de droite et de gauche - comme un certain Emmanuel Macron - dans son gouvernement, de tacler les recettes économiques appliquées par la droite et la gauche depuis 20 ans : "Augmenter les impôts pour réduire les défcicits : enfin, on va comprendre que les pays qui ont réussi ont bassé massivement les impôts pour relancer l'économie."

Grande gueule mais petit brasNDA critique Mélenchon et Macron

Une interview menée sur l'air du "qu'ils s'en aillent tous" cher à Jean-Luc Mélenchon. Mais la similarité avec le candidat de la France insoumise a tout de même ses limites. Interrogé sur l'absence annoncée de ce dernier au débat organisé le 20 avril sur France 2, 48 heures avant le premier tour, Nicolas Dupont-Aignan n'a pas ménagé ses critiques, visant à l'occasion à nouveau Emmanuel Macron, lui aussi sceptique sur le débat  : "Les Français voient qui ils sont : des personnalités qui ne veulent pas échanger, qui ne veulent pas débattre. Je suis sûr qu'ils seront durement sanctionnés. J'espère que le débat sera maintenu, et les Français verront qui ont déserté. Grande gueule mais petit bras, tout ça."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter