Immigration légale : Marine Le Pen précise les contours de son moratoire

Immigration légale : Marine Le Pen précise les contours de son moratoire

PROGRAMME - Marine Le Pen a affirmé lundi soir en meeting que si elle était élue, elle souhaitait mettre en place un moratoire sur l'immigration légale. Elle a précisé mardi soir sur TF1 qu'il durerait "quelques semaines" et s'appliquerait sur les "visas de longue durée".

Lundi soir, en meeting au Zénith de Paris, la présidente du Front national a déclaré que si elle était élue, elle mettrait en place un moratoire sur l'immigration légale. Mardi dans "Demain président" diffusé sur TF1, elle est revenue sur cette proposition, qui ne figure pas dans ses 144 engagements présidentiels. "Pendant quelques semaines je mettrai en œuvre un moratoire pour pouvoir faire le bilan de cette immigration, et notamment un moratoire sur les visas de longue durée. (...) Ça veut dire qu’il peut y avoir des visas de courte durée, et d’ailleurs j’en ai exclu les étudiants. L’important, c’est de faire un bilan. Nous ne savons pas précisément quels sont les chiffres de l’immigration. Au bout de quelques semaines, je mettrai en œuvre les décisions qui permettront d’arriver à ce solde migratoire de 10.000 par an", a-t-elle déclaré.

Toute l'info sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Lire aussi

Le moratoire s'appliquerait aussi sur le regroupement familial

Un peu plus tôt, la candidate FN avait également précisé que le moratoire s'appliquerait aussi sur le regroupement familial, qui a été "considérable", et "les titres pour vie privée et familiale". En 2015, environ 11.500 titres de séjour ont été attribués au titre du regroupement familial stricto sensu. Si on observe plus largement la rubrique "immigration familiale", l'an dernier, 88.010 titres ont été attribués (dont 49.000 pour des Français faisant venir leur famille). 

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France dépasse le seuil des 70.000 morts

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

"Il va falloir encore tenir" : la réponse de Macron à Heidi, l'étudiante à bout qui l'a interpellé

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

Royaume-Uni : des colis envoyés aux plus démunis provoquent l’indignation

Lire et commenter