VIDÉO - Rugy assume son ralliement à Macron et répond aux attaques de Cambadélis

DirectLCI
MACRON MANIA - Le député écologiste, qui vient de rallier Emmanuel Macron, a assumé sur LCI son choix de ne pas respecter son engagement de soutenir le vainqueur de la primaire de gauche et tacle le patron du PS qui l'a accusé de "faute morale".

Invité sur LCI ce jeudi pour évoquer son récent ralliement à Emmanuel Macron, l’écologiste François de Rugy n’a pas apprécié les critiques de Jean-Christophe Cambadélis. Dans un tweet, le patron du PS avait accusé mercredi le député de Loire-Atlantique de "faute morale" en ne respectant pas son engagement de soutenir le vainqueur de la primaire de la gauche. 


"Je crois qu'il ne faut pas aller sur ce terrain-là parce que Jean-Christophe Cambadélis a dit par ailleurs que lui, sa seule préoccupation dans l'élection présidentielle, c'était l'unité de son parti. Ecoutez, moi je pense qu'il y a des gens qui préfèrent l'avenir de leur pays que l'avenir de leur parti", a lancé sur LCI François du Rugy. 

C'est pas avec une règle qu'on règle un problème politique de fond François de Rugy

Il assume de ne pas respecter son engagement en reprochant à Benoît Hamon de privilégier le dialogue avec Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. "C'est vrai qu'il y avait cette règle mais il y avait une autre phrase importante : le candidat vainqueur doit organiser le rassemblement dès le lendemain de sa désignation et il doit le faire avec les candidats du premier tour. Benoît Hamon a fait un autre choix", constate François de Rugy. 


Sur le fond, il revendique sa plus grande proximité avec le fondateur d’En Marche. "Je crois que si l'on regarde objectivement les choses, on voit bien que les idées que j'ai défendues (lors de la primaire, ndlr) sont plutôt proches aujourd'hui de celles défendues par Emmanuel Macron que celles défendues par Benoît Hamon", assure le parlementaire, qui prend pour exemple le revenu universel auquel il s’est toujours opposé.


"C'est pas avec une règle qu'on règle un problème politique de fond. Moi j'ai fait le choix de la cohérence politique plutôt que de l'obéissance à une règle", a conclu François de Rugy.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter