VIDÉO - Qui est Maria Katasonova, la fan russe de Marine Le Pen de passage à Paris ?

PORTRAIT - Nouveau visage du soft power russe ou simple imposture ? Maria Katasonova est la fan russe numéro un de Marine Le Pen. Son but ultime : voir la candidate triompher à la présidentielle et rejoindre compléter le trio, Vladimir Poutine et Donald Trump. Pour y parvenir elle ne lésine pas sur les moyens. La jeune femme est d'ailleurs de passage à Paris pour quelques jours.

"Je soutiens Marine, parce qu'elle est une femme forte, son courage et sa bravoure seront enviés par beaucoup d'hommes (…) Elle n'a pas peur de remettre en question le système et va de l'avant avec confiance". Ces mots sont ceux de Maria Katasonova, jeune activiste russe et l’une des plus ferventes supportrices de la présidente frontiste. Jusqu'alors inconnue, la jeune femme attire l’attention des médias depuis sa rencontre avec Marine Le Pen en personne, lors de passage à la Douma (l’Assemblée nationale russe), il y a quelques jours, et à qui elle a remis un bouquet de roses bleues, symbole de sa campagne. 

Tout juste âgée de 21 ans, Maria Katasonova est l’assistante parlementaire du député russe d’extrême droite Evgeny Fedorov, membre du parti ultranationaliste Rodina ("mère patrie").  La Russe a été candidate en 2016 lors des dernières élections législatives : elle s'est illustrée en faisant campagne devant l'ambassade des Etats-Unis, en s'affichant avec des t-shirts anti-Clinton reprenant le slogan des partisans de Donald Trump "Hillary, la véreuse". Son but ultime en matière de politique internationale, voir une alliance se former entre Vladimir Poutine, Donald Trump et Marine Le Pen. "La Russie est engagée dans une coopération pacifique avec l'Europe et en particulier avec la France (…) La victoire de Marine c'est celle des hommes libres, sur les politiciens qui ont trahi les intérêts de leur peuple. La victoire de Marine, c’est la victoire d’une femme forte de courage et de bravoure que de nombreux hommes pourraient envier", explique-t-elle. 

Marine Le Pen gagnera, je veux soutenir ses idéesMaria Katasonova

Sans pour autant faire le lien avec cette jeune femme, en février dernier, la DGSE prévenait que la Russie comptait appuyer la candidature de Marine Le Pen "sur les réseaux sociaux, grâce à des robots informatiques qui généreront des messages positifs par milliers". Plus classique, pour faire passer ses idées, Maria Katasonova utilise justement Twitter comme outil de propagande. "Marine Le Pen gagnera, je veux soutenir ses idées", affirme-t-elle à LCI. Des messages traduits en plusieurs langues, des portraits à la gloire de la candidate, et même un selfie aux côtés de la nièce Marion Maréchal-Le Pen... Rien n’est laissé au hasard dans cette communication bien rodée.

        "Le Pen tient une conférence avec les euroseptiques, Fillon rencontre Merkel. Qui prépare une risposte contre le système ?"

Ses quelque 30.000 abonnés voient leur fil d’actualité inondé de bleu marine mais aussi de quelques messages à l’encontre de certains de ses rivaux, Emmanuel Macron ou encore François Fillon. Plus récemment, Maria Katasonova a proposé de lancer un mouvement, "Les femmes avec Marine Le Pen". "Il y a énormément de femmes qui m’écrivent pour me dire qu’elles voudraient me soutenir. C’est comme ça qu’est née l’idée de ce mouvement", explique-t-elle. 


Jean-Lin Lacapelle, vice-président du groupe Front national Île-de-France, responsable du pôle mobilisation militante se félicite de cette communication : "C’est une mobilisation qui dépasse nos frontières. C’est très bien, Marine Le Pen est la candidate la plus connue à l’international".  Mais lorsqu'on évoque la proximité de la jeune femme avec les courants extrémistes russe,  il affirme ne "pas avoir assez de recul" pour répondre.

En "mission secrète" à Paris pour quelques jours

Cette semaine, la jeune russe est en déplacement quelques jours dans la capitale, "un voyage privée", nous assure-t-elle. "Je trouve intéressant de regarder la situation préélectorale en France". A son agenda : une rencontre avec des "Français ordinaires" et plusieurs réunions avec "les personnes du Front national", sans pour autant donner de noms. "Je suis intéressée par leurs idées, je souhaite en apprendre davantage sur leur campagne", nous confie-t-elle. Maria Katasonova a apporté dans ses bagages un cadeau qu’elle souhaiterait offrir à Marine Le Pen. Mais dans l’entourage proche de la candidate, on nous affirme qu’aucune rencontre n’est prévue. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter