Régimes spéciaux de retraite : Chartier accuse Macron de plagier le projet de Fillon

Élections Européennes 2019

PRÉSIDENTIELLE – Invité sur LCI ce mardi, le député et proche de François Fillon, Jérôme Chartier, a accusé Emmanuel Macron de s’être inspiré du programme du candidat des Républicains pour élaborer le sien.

Quand deux candidats dans une élection proposent une mesure similaire, il n’est pas rare que l’un (ou son équipe) accuse l’autre de plagiat. C’est ce qu’a fait ce mardi le député LR Jérôme Chartier, soutien de François Fillon. Selon lui, la proposition d’Emmanuel Macron de mettre fin aux régimes spéciaux de retraite a tout simplement été empruntée au programme du vainqueur de la primaire de la droite. 

Lire aussi

"Je retrouve une forme de recopie"

"François Fillon, dans son projet, a le principe de fondre l'ensemble des régimes de retraite de telle sorte qu'il y ait un principe d'égalité entre tous les régimes. C’est un engagement extrêmement clair de la part de François Fillon et il est même très ancien. Et il est même beaucoup plus ancien que la proposition de monsieur Macron", explique Jérôme Chartier.

Puis il précise : "Pour certains pans du projet de monsieur Macron, je retrouve une forme de recopie, en moins bien d'ailleurs du projet de François Fillon". Le député estime toutefois que le candidat d’En Marche n’est pas le seul à s’inspirer du projet de François Fillon. 

"François Fillon, depuis trois et demi, a travaillé son projet avec les Français. Il s'est beaucoup inspiré de ce qu'il a entendu dans les ateliers thématiques qu'il a organisés avec la société civile, qui a beaucoup participé au projet. Et c'est vrai que j'observe ici et là, chez la plupart des concurrents de François Fillon, une forme de pompage du projet de François Fillon".

Déplorant ses emprunts, il estime néanmoins que cela ne peut pas nuire à son candidat. "Lorsque que vous recopiez, généralement vous le faites moins bien et vous êtes moins inspiré parce que vous n'avez pas l'histoire de la préparation de la mesure", a conclu Jérôme Chartier.

Lire et commenter