VIDÉO - Sur Twitter, NKM accuse gentiment Macron... de plagiat

FAUX JUMEAUX : NKM-Macron, même combat ? On pourrait le penser au vu du petit clip de campagne, légèrement décalé, qu'a posté ce jeudi sur Twitter la candidate à la primaire de la droite. Elle s'y amuse de la similitude de ses idées avec le discours du candidat à la présidentielle.

Au lendemain de l'annonce de la candidature d'Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017, Nathalie Kosciusko-Morizet a gentiment souligné ce jeudi la proximité entre ses idées et le discours de l'ex-ministre de l'Economie. Pour ce faire, elle a choisi l'humour par le biais d'un montage vidéo. Le clip se termine à la façon d'une publicité : "N’attendez pas la copie… Dimanche, votez pour l’original…"

Il faut dire que le profil atypique de la seule femme candidate à la primaire de la droite et du centre, qui donne un petit air de renouveau chez les Républicains, fait forcément penser à celui de son rival. Tous les deux jeunes, ouverts, et se voulant au-dessus des partis, l’un et l’autre déroutent leur propre famille politique. Un petit bémol tout de même, NKM oppose un "et de droite et de gauche", là où Emmanuel Macron revendiquait en avril un "ni de droite ni de gauche" lors du lancement de son mouvement "En marche!"

Lire aussi

NKM l'a décliné dans son programme : "La Nouvelle France ne se construira qu’avec une Nouvelle Europe. Une Europe des citoyens qui les protège mieux avec des pouvoirs renforcés sur les sujets régaliens (immigration, renseignement, la lutte contre le terrorisme) et qui laisse les Etats mener leurs politiques avec des obligations de résultats, et non plus de moyens."


Même chose pour Emmanuel Macron qui a pris la défense de l’Union européenne mercredi 16 novembre, dénonçant notamment "un discours de haine" récurrent sur le sujet. "L’Europe est notre seule chance dans la mondialisation", a notamment affirmé le candidat.

Emmanuel Macron l'a affirmé haut et fort mercredi 16 novembre à Bobigny lors de l'annonce de sa candidature à la présidentielle : "Je veux une France qui croit en ses chances, qui risque, qui espère [...] une France entreprenante où chacun choisit sa vie. Et une France qui considère les plus faibles. Je place ma candidature sous le signe de l'espérance".


Là-aussi une petite musique déjà entendue du côté de NKM. Lorsque la candidate à la primaire de la droite a défendu en octobre son projet -baptisé "Nouvelle société, nouvelle France"- pour le scrutin du 20 novembre, elle a souligné qu'"à l'occasion d'une élection, il faut partager une espérance". "Les Français en ont assez qu'on leur parle de sacrifices. Je préfère parler d'efforts", avait-elle souligné.

Lire aussi

Un ticket pour 2017 ?

Des idées communes, au point de former un ticket pour 2017, comme le laissait entendre une conseillère Les Républicains en septembre, juste après la démission du gouvernement de l'intéressé ? Rien n’est moins certain. Nathalie Kosciusko-Morizet l'avait expliqué sur Europe 1 en octobre : "Il y a des choses intéressantes dans ce que dit Macron. J’ai parfois retrouvé des choses que j’avais pu dire. Après, il y a deux problèmes : Le premier, c’est qu’en dehors de l’économie, Emmanuel Macron n’a pas été audible sur d’autres sujets. L’autre problème tient au bilan d’Emmnanuel Macron. C'est décevant. A part des cars sur les routes..." 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Lire et commenter