VIDÉO - "Une confondante immaturité" : Cazeneuve tacle Macron lors d'un hommage à Mitterrand

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

Bernard Cazeneuve Premier ministre

POLITIQUE - Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a rendu dimanche à Jarnac un hommage appuyé à François Mitterrand, émaillé d'une mise en cause implicite d'Emmanuel Macron, à quatre mois de l'élection présidentielle.

Vingt-et-un ans jour pour jour après la mort de François Mitterrand, Bernard Cazeneuve a souligné que pour l'ancien chef de l'Etat socialiste, "le clivage droite, gauche conservait toute sa force et toute sa pertinence, et ô combien il avait raison". Puis, dans une pique implicite à l'encontre de la candidature à la présidentielle d'Emmanuel Macron, il a rappelé que François Mitterrand admettait en son temps "que les partis de gauche puissent évoluer",  "mais pas au point de théoriser le "ni droite, ni gauche, qu'il considérait comme un ailleurs improbable. À moins qu'il ne fût la manifestation d'un opportunisme cynique dans des circonstances particulières ou d'une confondante immaturité".

"C'est une belle valeur que la fidélité... comme la loyauté d'ailleurs", a-t-il souligné au passage, dans une nouvelle allusion à peine voilée à la défection de l'ancien ministre de l'Economie du président François Hollande.

   

Deux semaines avant le premier tour de la primaire d'une partie de la gauche à laquelle Emmanuel  Macron - candidat indépendant - ne participera pas, le chef du gouvernement a également rappelé, devant la presse, le message légué par François Mitterrand. "Il n'y a pas de possibilités de gagner pour la gauche si elle ne se rassemble pas" et "elle ne peut se rassembler que dès lors qu'elle s'érige au-delà des contingences personnelles qui renvoient à tel ou tel destin".

Voir aussi

Voir aussi

Et aussi

Lire et commenter