VIDÉO - C’est vous qui le dites : les petits candidats ont-ils leur place dans la course à l’Elysée ?

VOTRE AVIS – C’est une bonne vieille tradition française. Comme lors de chaque scrutin présidentiel, ils sont (très) nombreux à se présenter, sans garantie d’obtenir les 500 signatures. Sympathique, vain ou nécessaire ? La Médiasphère vous a posé la question.

Ils seraient, d’après eux, les mal-aimés de la campagne. A l’approche du premier tour de l’élection présidentielle, les "petits" candidats s’invitent sur les plateaux de télé. Lundi soir, c’est François Asselineau, le président de l’Union populaire républicaine (UPR) qui a réussi à la surprise générale à obtenir les 500 parrainages, qui avait les faveurs du 20 heures de TF1. 

En vidéo

L’invité politique du 20H : François Asselineau, candidat à l’élection présidentielle

Comme lui, Philippe Poutou, Rama Yade ou encore Jean Lassalle comptent bien faire entendre leurs propositions. De là à rattraper leur retard de temps de parole… En 2012, ils étaient 10 à avoir récolté les 500 parrainages nécessaires pour présenter leur candidature aux Français. Cette année, ils sont déjà 8 sur la ligne de départ. 


François Asselineau, donc. Mais aussi François Fillon (Les Républicains), Emmanuel Macron (En marche !), Benoît Hamon (PS), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Marine Le Pen (Front national) et Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise).


Pour les autres, la course de fond s’annonce difficile… Mais ont-ils tous leur place ? C’est la question que La Médiasphère, l'émission médias de LCI, est allée poser dans ce micro-trottoir. Si la plupart des personnes interrogées sont, dans l’ensemble, assez indulgentes avec ces candidatures, la majorité nous ont avoué ne même pas connaître leur nom...

En vidéo

Présidentielle : les petits candidats à la conquête des parrainages

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Plus d'articles

Lire et commenter