VIDÉOS - "Grand débat" de la présidentielle : les temps forts qui ont marqué la soirée

DirectLCI
EN BREF - Les onze candidats à la présidentielle se sont affrontés pour la première fois tous ensemble, ce mardi sur CNews et BFMTV. La rédaction de LCI revient sur les moments marquants de la soirée.

Invectives, propositions, moments de tension  et de rire... le deuxième débat présidentiel, le premier à réunir 11 personnes, sur le plateau de BFM et CNews, a donné lieu à quelques moments marquants, dans le droit fil des débats politiques. LCI vous résumé la soirée.

Macron interrompu par Mélenchon et Dupont-Aignan sur les travailleurs détachés

La question des travailleurs détachés a donné lieu à un vif échange entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, en début de débat. "On oublie de dire à chaque fois qu'il y a 300.000 français qui sont des travailleurs détachés ... le problème c'est le travail détaché illégal", a déclaré le candidat d'"En Marche!", rapidement interrompu par candidat de la "France insoumise" qui s'est exclamé "jamais de la vie."


"Quand j'étais ministre, j'ai fait voter une loi qui a permis de contrôler ça avec les cartes d'identités dans le BTP", a alors poursuivi Emmanuel Macron, cette fois coupé par Nicolas Dupont-Aignan : "Ça ne marche pas, c'est totalement faux."

En vidéo

Macron interrompu par Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan sur les travailleurs détachés

Nicolas Dupont-Aignan à François Fillon : "Qui peut vous croire ?"

"Franchement, qui peut vous croire?", a lancé Nicolas Dupont-Aignan, alors que François Fillon détaillait sa vision du projet européen.


Et François Fillon de rétorquer : "Nicolas Dupont-Aignan donne des leçons en permanence alors que la première fois que je l'ai rencontré, il était dans le chef de cabinet de François Bayrou : il est dans le système".

En vidéo

Nicolas Dupont-Aignan à François Fillon : "Qui peut vous croire ?"

Nathalie Arthaud et Nicolas Dupont-Aignan s'écharpent sur l'Europe

"Vous discutez euro-franc mais quand on est mal payé peu importe", s'est emporté Nathalie Arthaud, à l'adresse de Nicolas Dupont-Aignan, à l'issue d'une demi-heure de débat consacré à l'Union européenne et un éventuel Frexit.

A la question du candidat de "Debout la France" lui demandant "Et on fait quoi ?" la candidate Lutte ouvrière s'est exclamée : "Et ben on va les arracher les augmentations de salaire !"

En vidéo

Nathalie Arthaud et Nicolas Dupont-Aignan se prennent le bec sur l'Europe

Macron et Le Pen sur le nationalisme

"Le nationalisme c'est la guerre", a lancé Emmanuel Macron à Marine Le Pen, précisant venir "d'une région qui est pleine de ses cimetières" et ne pas vouloir "retourner de ce côté de l'histoire."


Et la candidate du Front national de renchérir : "Monsieur Macron, on ne se présente pas comme le candidat de la nouveauté quand on ressort des badernes vieilles de cinquante ans."

En vidéo

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se prennent le bec sur le nationalisme

Le Pen et Hamon, toujours irréconciliables

"Nous avons le fondamentalisme islamiste sur notre sol. La France est une université des djihadistes", a déclaré Marine Le Pen lorsque le débat s'est intéressé au terrorisme islamiste. "N'importe quoi... ça vous arrange, ça vous fait prospérer", a rétorqué Benoît Hamon. 

En vidéo

Le Pen et Hamon se prennent le bec sur le terrorisme islamiste

Le show de Poutou contre Fillon et Le Pen

Sous les applaudissements du public, Philippe Poutou a franchement égratigné les deux candidats visés par des enquêtes judicaires. "Depuis janvier, c’est le régal. Fillon, plus on fouille et plus on sent la corruption et la triche. En plus, ils nous expliquent qu’il faut la rigueur et l’austérité..." commence le candidat. "On a aussi Marine Le Pen, pareil, on pique dans les caisses publiques. C'est pas ici, c’est en Europe. Et le FN qui est antisystème ne s’emmerde pas car il se protège grâce à l’immunité parlementaire, donc peinard." 

En vidéo

Le show de Poutou contre Fillon et Le Pen

Dupont-Aignan à Macron : "Vous auriez peut-être dû dire 'stop' à la banque Rotschild"

Nicolas Dupont-Aignan a interpellé Emmanuel Macron sur son ancienne appartenance à la banque Rothschild: "Cela ne vous a jamais choqué que la banque Rothschild organise les transferts de grandes entreprises françaises?". Et de poursuivre, quand Emmanuel Macron lui demandait de clarifier son propos : "J'insinue que vous avez travaillé à la banquie Rotschild et que vous auriez du dire 'stop' à des banques".


"Mais Monsieur Dupont-Aignan, sur les cas dont vous avez parlé, ne vous inquiétez pas, j'ai garanti la totale indépendance", s'est défendu Emmanuel Macron.

En vidéo

Dupont-Aignan à Macron : "Vous auriez peut-être dû dire 'stop' à la banque Rotschild"

Fillon : "On a voulu m'éliminer de cette compétition politique, je suis toujours là"

Face aux attaques de Philippe  Poutou qui l'a directement pris à partie, François Fillon a répondu. "On a voulu me faire taire je suis toujours là, personne ne m'intimidera les Français porteront un jugement, un président exemplaire", a-t-il déclaré. 

En vidéo

Fillon : "On a voulu m'éliminer de cette compétition politique, je suis toujours là"

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon s'emportent sur la laïcité

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen se sont durement opposés sur la laïcité. "Les crèches font partie de notre patrimoine historique et culturel", a lancé la candidate du Front national, face au candidat de la "France insoumise", que la sortie a particulièrement énervé. "Les Français n'ont pas de religion, fichez nous la paix avec la religion", s'est-il agacé.

En vidéo

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon s'emportent sur la laïcité

Les timides fous rires de Macron, Asselineau (et même Fillon) quand Lassalle fait son show

Une intervention de Jean Lassalle a donné lieu à de timides fous rires sur le plateau du débat. "Mais je ne sais pas trop bien de quoi vous me parlez", a-t-il lancé à Laurence Ferrari qui l'interrogeait sur les assemblées locales. "De votre programme", a rétorqué la journaliste, déclenchant une réponse pour le moins spontanée du candidat.

En vidéo

Les fous rires de Macron, Asselineau (et même Fillon) quand Lassalle fait son show

"Ouais, mais vous avez une interprétation, moi je l'ai rédigé alors je le connais mieux", a-t-il rétorqué, amusant ses adversaires.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter