Accords compétitivité-emploi : un système qui fonctionne ?

Emploi

Toute L'info sur

Le 20h

JT 20H - Les accords de compétitivité sont-ils la recette miracle qui permet à toute entreprise de sortir d'un mauvais pas ? Éléments de réponse avec notre spécialiste économie, François Lenglet.

Les accords de compétitivité, comme celui signé il y a quelques jours par une partie des salariés de l’usine General Electric à Belfort, permettent-ils de redresser les entreprises ? "Il y a des réussites, mais aussi des ratés", explique le spécialiste économie de TF1 François Lenglet. À Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), l’accord de 2014 validé par les employés des chantiers navals STX, désormais appelés Chantiers de l’Atlantique, a ainsi permis à la société de sauver les emplois, remplir de nouveau le carnet de commandes et aux collaborateurs de retrouver leurs avantages sociaux antérieurs.

En revanche, ces accords ne sont pas une solution miracle. "À la Roche-sur-Yon, en Vendée, l’usine Michelin va fermer, alors qu’un accord qui prévoyait des efforts de la part des salariés et des investissements supplémentaires pour développer le site avait été trouvé en 2016", rappelle François Lenglet. "Entre temps, la concurrence chinoise a totalement dévasté le marché et fait plonger l’usine Michelin. Le constat est le même dans l’automobile où les pactes sociaux signés chez PSA et Peugeot ont permis de relancer un temps la fabrication de voitures", avant que les délocalisations ne fassent baisser la production tricolore.

Lire aussi

Morale de l’histoire ? "De tels accords permettent d’améliorer la compétitivité, mais pas de redresser un marché qui s’effondre, et encore moins de contrer une concurrence chinoise largement subventionnée, alors que les frontières sont ouvertes", conclut le spécialiste.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter