Amazon France réfléchit à repousser ses promos du Black Friday

Préparation de commandes, dans un entrepôt d'Amazon

EFFET RETARD - Face à la fronde des commerçants aux rideaux de fer baissés, et aux appels au boycott de certains politiques, le géant de l'e-commerce joue la diplomatie, dit réfléchir à décaler l'arrivée de ses promos du Black Friday, et détaille ses aides aux commerçants français.

Difficile position ces temps-ci que celle d'une entreprise géante, américaine de surcroît, et dont la crise sanitaire a dopé le chiffre d'affaires. C'est ce que doit constater Fredéric Duval, le directeur général d'Amazon France, qui répondait ce matin à nos confrères de RMC, une interview au timing qui n'a rien du hasard. Il y a quelques jours, quatre fédérations de commerçants demandaient rien moins que l'interdiction de cette fête commerciale, pour remettre commerces en ligne et en ville sur un pied d'égalité.

Si Amazon ne renonce pas à Black Friday, il serait prêt... à en décaler le lancement. "Je suis attentif à ce qui se passe, pour l'instant, je n'ai pas décidé", explique le patron d'Amazon France. "On est encore à 15 jours de l'évènement potentiel, on a le temps de prendre des décisions. Les autorités parlent régulièrement et changent d'avis parfois." Des politiques que l'entreprise n'oublie pas : à droite comme à gauche, on a entendu des appels au boycott, des demandes d'interdiction de vente en ligne des articles de Noël, ou l'annonce de projets de taxes dirigées contre le géant, telle cette proposition du PCF. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Chez Amazon, on joue l'apaisement : selon toute probabilité, les modalités de ce Black Friday 2020 dépendront donc des prochaines annonces du gouvernement, appelé de toutes parts à trouver une solution à la fermeture des commerces moins d'un mois avant Noël. Si l'ouverture des bars et restaurants reste difficile à imaginer, toutes les fédérations de commerçants rappellent que les infections en magasins sont rares. Et si l'exécutif décidait d'une réouverture au 1er décembre, par exemple, le site pourrait lui décaler ses promotions de quelques jours, pour les aligner sur le reste du commerce de détail, même si Amazon ne dit rien aujourd'hui des options qu'il envisage.

Lire aussi

Jouer l'apaisement, et la patience... mais pas trop. D'abord parce que Black Friday est un des grands rendez-vous de l'année pour Amazon, avec Noël, et les Prime Days qui lui sont spécifiques. Mais aussi parce que le site ne vend pas que pour son propre compte, il est aussi la plateforme qui sert de vitrine à nombre de vendeurs et de marques tierces. En France, ce serait ainsi la moitié environ de son chiffre d'affaires qui viendrait de ces vendeurs. Amazon dit travailler avec 150.000 entreprises en Europe, qui comptent elles bien profiter de la période des fêtes. Des entreprises qui sont moins nombreuses à avoir accompli leur transition numérique que chez nos voisins. Selon Fredéric Duval, 30% des commerçants français vendent en ligne, contre 72% de leurs homologues allemands.

Le patron d'Amazon France a d'ailleurs annoncé des aides pour ceux qui ne seraient pas encore présents en ligne. Les nouveaux arrivants verront ainsi les trois premiers mois de cotisations offerts, ainsi que des crédits publicitaires pour faire remonter leurs produits dans les résultats de recherche sur le site. Amazon dit également avoir mobilisé 300 personnes pour accompagner l'installation de nouveaux commerçants sur sa plateforme.

En vidéo

Haro sur le Black Friday !

Sur le fond, il y a forcément un soupçon d'ironie à voir Amazon imaginer modifier une date gravée dans le marbre, et pour cause : aux États-Unis, d'où vient cette fête commerciale, le Black Friday est le lendemain du jeudi de Thanksgiving, l'un des rares jours où l'Amérique fait le pont, et où les magasins ouvrent dès l'aurore (et parfois même à minuit désormais) pour lancer la période des achats de Noël. Décaler Black Friday, c'est un peu comme si l'on remettait Noël au 12 janvier, ou le lundi de Pâques au jeudi de la semaine suivante. 

Mais après tout, si la date ne change pas, le géant du commerce en ligne est libre de décider du jour où ses promotions seront mises en ligne, une opération qui a, elle, déjà commencé, mais plus discrètement que prévu. Et à tout seigneur, tout honneur, si quelqu'un peut décider de décaler chez nous le Black Friday d'une semaine, c'est bien Amazon. Reste que la décision ne concernerait que la France, et ne changera rien au Black Friday prévu et affiché sur tous les autres sites européens de l'entreprise. Des sites allemands, belges, espagnols, britanniques... qui savent aussi livrer chez nous.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Covid-19 : la SNCF pourrait perdre jusqu'à 5 milliards d'euros en 2020

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter