Application Mon Compte formation : trois mois après, qui l'a utilisée et pour quoi faire ?

Application Mon Compte formation : trois mois après, qui l'a utilisée et pour quoi faire ?
Emploi

EMPLOI - Le ministère du Travail dresse un premier bilan de son Compte Formation, lancé en novembre, qui veut simplifier l’accès à la formation continue. Alors ça marche ou pas ? On fait le point.

C’est un "succès populaire", voire un "tournant historique", rien que cela ! Trois mois après le lancement de l’application Mon Compte Formation, le ministère du Travail se frotte les mains : depuis le 1er novembre, elle a été téléchargée plus d’un million de fois. Et au total, l’application et le site internet moncompteformation.gouv.fr ont accueilli plus de 5 millions de visiteurs uniques.

Un joli succès pour le gouvernement, qui avait lancé ce dispositif à grand renfort de communication, avec un objectif affiché : développer et démocratiser la formation. Cette application voulait ainsi faciliter le process, en permettant à chaque salarié ou demandeur d'emploi de s'inscrire sans intermédiaire. 

Lire aussi

Au final, d’après les chiffres, 160.000 Français ont déjà constitué un dossier de formation et 2.000 ont déjà terminé une formation. Les plus plébiscitées restent grosso modo les mêmes que celles des années passées : permis de conduire, bilan de compétences, création et reprise d’entreprise, langues et digital. Des formations généralement plus courtes et moins chères. 

Le ministère note avec intérêt que le public qui utilise l’application est composé, aux deux tiers, d’ouvriers et d’employés. Une bonne nouvelle pour la démocratisation de l’accès à la formation : "Si cette tendance se confirme, l’appli CPF constituera un tournant historique car l’accès à la formation, bénéficiait jusqu’à présent majoritairement aux cadres et aux personnes les plus qualifiées", indique le gouvernement.

En vidéo

En quoi consiste l'appli Mon compte formation ?

Reste que si les voyants du ministère sont au vert, les chiffres rappellent qu’il y a encore beaucoup de travail : une étude de la Dares, le service statistique du ministère, indique qu’entre 2015 et 2019, avant la refonte donc, 900.000 formations avaient été suivies par les salariés du secteur privé via leur compte personnel de formation (CPF) ancienne version. Le taux de recours à ce compte, certes, progressait – sept fois plus de formations suivies par les salariés du privé en 2018 qu’en 2015 -, mais restait plus que modeste : au total, ce sont 0,2% des salariés du privés qui y avaient eu recours en 2015 et 1,7% en 2018. 

L’étude de la Dares montre aussi que si une majorité de formations  (six sur dix) ont été financées uniquement par les heures de CPF, la part des salariés qui participent financièrement à leur formation a augmenté de 5 points entre 2015 et 2018.  Une entrée en formation sur dix est même financée entièrement par le salarié, une fois déduites les heures inscrites. 

25 millions de salariés concernés

En moyenne, si l’on compte le report d'heures du droit individuel à la formation (DIF, système précédent le CPF, stoppé fin 2014), chaque salarié disposait fin 2019 de 2.000 euros pour une formation. Sans ce report, la moyenne est de 1.040 euros. A noter encore : le coût moyen d'une formation en 2018 était de 2.400 euros, tandis que le coût observé pour le CPF nouvelle version est lui estimé à environ 2.150 euros. 

Pour rappel, potentiellement, 25 millions de salariés du privé et du public sont concernés par ce dispositif de formation. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent