Après le bac : quels sont les métiers qui embauchent le plus (et ceux qui mènent au chômage) ?

Emploi

A SAVOIR - Qapa.fr, agence d'intérim en ligne, publie la nouvelle édition de son baromètre annuel qui dresse le panorama des secteurs qui recrutent et… des métiers qui mènent au chômage.

C’est une éternelle question, qui oriente parfois le choix des études post-bac : quels sont les métiers qui recrutent ? Et, à l’inverse, ceux qui mènent au chômage ? Qapa.fr, agence d’intérim en ligne, publie la nouvelle édition de son baromètre annuel, qui fait le point sur les secteurs porteurs… et les autres.

Commençons par les perdants. Le métier qui recrute le moins -ou, du moins, qui semble le moins attractif - en 2019, pour la deuxième année consécutive, est journaliste. Suivent les psychologues, les employés de banque, les caissiers et les secrétaires administratives. 

Voir aussi

Du changement dans le Top 5 qui recrute

En revanche, par rapport à l'année 2018, les cinq métiers qui recherchent énormément de profils changent totalement. Il s'agit des postes pour devenir manutentionnaire, commercial, chauffeurs livreurs, comptable ou technicien dans l'industrie. 

Voilà pour les secteurs porteurs. Reste à savoir sur quels critères les jeunes bacheliers choisissent leur entreprise. Et sans grande surprise, le salaire est la première motivation (à 36%), suivi par l'ambiance qui règne au sein de la société à plus de 30%. La question des horaires arrive en troisième choix avec 21%, bien loin devant la promotion interne (9%) ou la formation (4%).  Par ailleurs, contrairement aux idées reçues, la majorité des jeunes ne souhaite pas papillonner d'un point de vue professionnel : 36% des bacheliers sondés espèrent rester 5 ans ou plus dans la même entreprise et 33% entre 3 et 5 ans. 

En revanche, ils devront sans doute faire une croix sur le CDI : en raison de leur manque d'expérience dans le milieu professionnel, mais aussi parfois par choix pour avoir plus de souplesse et en apprendre davantage sur un métier, les jeunes diplômés signent en grande majorité (54%) des contrats d'intérimaires, puis des CDD (34%). 

Lire et commenter