Argent ou avantages en nature, que préfèrent les salariés ?

Photo d'illustration
Emploi

ETUDE - Selon une étude du cabinet Robert-Half, 66% des collaborateurs ne sont pas disposés à baisser leur salaire contre des avantages.

Au travail, pour motiver et fidéliser les collaborateurs, il y a le salaire… et les avantages plus indirects, mais qui peuvent parfois être tout aussi incitatifs. Le guide des Salaires 2020 réalisé par Robert-Half, fait le point sur l’impact de ces différents leviers. L'enjeu est d'autant plus important que le marché est fortement déstabilisé, en faveur des cadres, et qu'il faut donc... les attirer, ou les retenir.

Un premier enseignement de l'étude est que le salaire reste l’élément clé : la rémunération arrive en première position des critères considérés comme importants dans un emploi. En effet, 66% des collaborateurs privilégient la rémunération à l'équilibre vie professionnelle-vie personnelle (49%), ou au sens du travail et des missions (43%). 

Flexibilité des horaires ou congés supplémentaires

Priorité, donc, à l'argent. Le premier avantage cité, en matière de dispositifs incitatifs au travail, ce sont les primes et les bonus. 64% des collaborateurs sondés ont d'ailleurs un package salarial qui comprend une prime.  

Reste que si la rémunération reste clé, 18% des collaborateurs sont  donc, malgré tout, prêts à baisser leur salaire pour des avantages. Mais tout dépend desquels. Les salariés sondés pourraient en effet revoir leur rétribution à la baisse pour : plus de télétravail (12%), avoir la possibilité de bénéficier d’une voiture de fonction (8%), plus de flexibilité dans les horaires de travail (7%) ou encore la possibilité de bénéficier d’un jour de congé annuel supplémentaire.

Lire aussi

En vidéo

La Chronique éco : Hausse des salaires, un doux rêve ?

En revanche, jouent assez peu des "bonus" tels que l’inscription à un club de sport (86% des collaborateurs déclarent ne pas être intéressés), le fait de disposer de plus de confort au bureau, tel que boisson, nourriture (82% déclarent ne pas être intéressés) ou encore posséder un ordinateur professionnel ou un smartphone : 79% des sondés ne sont pas intéressés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent