Assouplissement du travail de nuit : le gouvernement renonce à sa mesure et renvoie à une concertation

Aujourd'hui, le Code du travail considère comme travail de nuit une période d'au moins neuf heures consécutives entre 21h et 7h
Emploi

CHANGEMENT DE PIED - Le gouvernement devait présenter mercredi en conseil des ministres, dans le cadre d'un projet de loi, une mesure favorisant l'ouverture des commerces alimentaires après 21 heures, en assouplissant les règles sur le travail de nuit. Le sujet fera finalement l'objet d'une concertation de six mois.

Les syndicats critiquaient vivement le projet, la CGT accusant notamment la ministre du Travail de se comporter comme "le bras armé de la grande distribution" et exigeant le retrait d'un projet allant selon elle "impacter, une fois de plus, les salariés les plus précaires, souvent des femmes avec des charges de famille". Le gouvernement renonce finalement à assouplir dans le cadre d'un projet de loi les règles du travail de nuit dans les commerces alimentaires, renvoyant le sujet à une concertation de six mois, indique ce mardi l'AFP, qui a appris ce changement de pied auprès du ministère du Travail.

Un  projet de loi modifiant "diverses mesures d'ordre social", prévu ce mercredi au menu du conseil des ministres, proposait d'ajouter aux secteurs dérogatoires les commerces alimentaires, leur permettant ainsi de rester ouverts jusque minuit, sans avoir recours au travail de nuit, à la condition de ne pas ouvrir avant 7 heures le lendemain matin.

Voir aussi

Aujourd'hui, le Code du travail considère comme travail de nuit une période d'au moins neuf heures consécutives entre 21h et 7 h. Mais cette période est déjà ramenée par dérogation à sept heures dans les médias, le cinéma, les spectacles vivants ou les discothèques.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter