Habitez-vous l'un des 24 départements où le taux de chômage est le plus bas ?

Habitez-vous l'un des 24 départements où le taux de chômage est le plus bas ?
Emploi

LE POINT - Le taux de chômage a nettement baissé, de 0,4 point, au quatrième trimestre 2019, pour s'établir à 8,1% de la population active et atteindre son plus bas niveau depuis fin 2008, selon les chiffres publiés ce jeudi par l'Insee. Un résultat qualifié de "très encourageant" par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, qui a dans le même temps affirmé que "24 départements se situaient déjà sous les 7%". LCI s'est procuré la liste.

7% de taux de chômage, c’est l’objectif que s’est fixé le gouvernement avant la fin du quinquennat. Et au regard des chiffres publiés par l’Insee ce jeudi, cette ambition est "franchement atteignable", a avancé la ministre du Travail Muriel Pénicaud au micro de RTL. Le taux de chômage est en effet en forte baisse à 8,1% au quatrième trimestre 2019.

Lire aussi

Seulement 5% de chômage dans le Cantal

En vidéo

Baisse du chômage : le Cantal champion de France

La France (hors Mayotte) compte désormais 2,424 millions de chômeurs d'après les calculs de l'Insee, soit 85.000 de moins sur le trimestre. Sur un an, le taux de chômage, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), est en recul de 0,7 point. L'Insee a aussi révisé son chiffre du 3e trimestre de 8,6 à 8,5%. En France métropolitaine seule, le taux est de 7,9%.

"C'est très encourageant, c'est bien parti", a commenté Muriel Pénicaud, indiquant également que "24 départements se situaient déjà sous les 7%". Quels sont-ils ? Le ministère du Travail a donné à LCI la réponse, par ordre croissant  : 

> Cantal : 5 %

> Lozère : 5,40%

> Mayenne : 5,50%

> Ain : 6,20%

> Jura : 6,30%

> Manche : 6,30%

> Haute-Savoie : 6,30%

> Deux-Sèvres : 6,30%

> Gers : 6,40%

> Savoie : 6,40%

> Aveyron : 6,50%

> Ille-et-Vilaine : 6,50%

> Paris : 6,60%

> Yvelines : 6,60%

> Vendée : 6,70%

> Hauts-de-Seine : 6,70%

> Essonne : 6,80%

> Corrèze : 6,90%

> Haute-Loire : 6,90%

> Vienne : 6,90%

> Côte-d’Or : 7%

> Isère : 7,00%

> Loire-Atlantique : 7%

> Seine-et-Marne : 7%

Ainsi, même en phase de ralentissement, l'économie française continue de créer plus d'emplois qu'elle n'en supprime. C’est l’un des paradoxes sur lequel les économistes se divisent. A quoi attribuer ce rebond ? Divers explications sont avancées : effets cumulés des politiques de baisse de charges, des ordonnances, tertiarisation accrue de l'économie, voire sous-estimation de la croissance du PIB… 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent