BOOSTE TA CARRIÈRE - Vous êtes en pause forcée avec le coronavirus ? Six moyens pour lutter contre l’anxiété

BOOSTE TA CARRIÈRE - Vous êtes en pause forcée avec le coronavirus ? Six moyens pour lutter contre l’anxiété
Emploi

#ÉPISODE32 - Dans ce rendez-vous de notre rubrique Work, François Thibault, consultant en leadership et "soft skills", propose ses conseils pour "booster" votre carrière. Aujourd'hui, il nous explique comment, dans une situation qui nous oblige à rester cloîtrer chez soi, rester positif et en profiter pour mieux rebondir après.

Les derniers sondages indiquent que 61% des Français se disent inquiets face à la pandémie de coronavirus. Selon l’organisme de sondages, il s’agit du plus haut niveau d’inquiétude observé dans le cadre d’une crise sanitaire en France au cours des 15 dernières années. Et les dernières mesures en passant au stade 3 ne vont faire qu’accentuer ce chiffre.

 

Pour une personne en transition professionnelle, l’inquiétude est encore plus grande. Cela signifie une période plus longue de transition, avec les conséquences sur les finances que vous imaginez.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

Comment gérer l’anxiété liée au virus et surtout à l’impact sur sa transition de carrière ? Que faire quand toutes les entreprises gèlent les recrutements et mettent les employés au chômage partiel ? Au-delà de ces aspects que vous ne pouvez pas contrôler, comment utiliser cette période pour se préparer à l’après-crise ? Ce sont les questions auxquelles je vais répondre. Voici six conseils pour gérer l’anxiété et vite rebondir.

  • 1Faites une détox' numérique

    C’est bien connu, les mauvaises nouvelles sont les bonnes nouvelles pour les médias. Cela fait de l’audience donc génère du chiffre d’affaires. Que cela soit les Gilets jaunes, le coronavirus ou les grèves, cela fait toujours les gros titres. 

    Or, plus vous voyez des informations négatives, plus cela vous impacte en créant des émotions négatives comme la peur. Plus vous vous dites que vous êtes nul, pas intelligent, moche, plus vous créez de la négativité. La répétition de mauvaises nouvelles crée la peur. C’est un peu comme si vous vous receviez 10 réponses négatives pour des entretiens d’emploi, ou un reproche sur la qualité de votre travail par votre boss, puis ensuite un reproche de votre partenaire. On est alors effondré. 

    Alors, mon conseil est de faire une détox' numérique pour consacrer votre temps à autre chose, qui vous fera avancer pour l’après-crise. Donc, arrêtez de regardez les informations en continu ou surtout les réseaux sociaux qui sont trop dans le sensationnel. C’est comme si vous infusiez du poison. Choisissez les sites d’informations ou les articles orientés sur les actions positives menées.

  • 2Fréquentez des personnes positives

    Je sais, c’est dur. Mais il faut relativiser l’impact du coronavirus pour éviter justement la panique. Mais pourquoi panique-t-on autant ?

    C'est la différence entre risque et incertitude. Un risque présente de la certitude. Par exemple, si vous jouez à un jeu de hasard avec 3 boules vertes et 2 boules rouges, vous avez 40% de risque de tomber sur le rouge perdant. Le risque est connu. 


    L’incertitude, c’est quand on ne peut évaluer le risque. On n’a pas de donnée, ce qui est le cas du coronavirus. Étant nouveau, il n’y a pas d’information validée par la science.


    Mais détendez-vous : la mortalité est faible (2%), et les moyens de limiter sa croissance sont connus (distanciation, lavage des mains…). Cela ne signifie pas être irresponsable, bien entendu. Être responsable, c’est adopter une attitude orientée sur le positif, sur les solutions pour justement agir maintenant et à l’avenir de la meilleure manière possible. Imaginez un ami inquiet et un ami responsable, prudent mais aussi rassurant et orienté sur les solutions aux problèmes générés. Çà c’est du leadership. Et je suis sûr que vous vous sentirez moins anxieux. 


    Et si vous faites face à des personnes négatives, essayez de les "retourner" en orientant les questions sur les conséquences positives, sur les solutions. Rappelez-vous une donnée simple qui a été prouvée par les sciences sociales et expérimentée de nombreuses fois par vous-même. Un problème est perçu comme une montagne. Une fois passé, il est perçu comme une petite colline. 

  • 3Identifiez vos peurs

    Pour limiter votre anxiété et donc vous mettre en capacité d’être efficace pour rebondir au plus vite après la crise, réfléchissez à ce qui déclenche votre peur. Posez-vous cette question : "qu'est-ce qui précisément me fait peur ?"


    L’incertitude crée la peur. Une fois identifiée la cause de la peur (peur d’être infecté, peur de ne pas retrouver d’emploi, de ne pas pouvoir rembourser son crédit….), envisagez trois actions que vous pourriez mettre en place pour limiter l’impact de ces peurs. 

  • 4Cultivez la gratitude

    La gratitude est la capacité à focaliser sur ce qui va bien, plutôt que ce qui ne va pas. À voir le verre à moitié plein. Tout cela est une question d’état d’esprit. Alors, faites une pause, oui, maintenant, et prenez quelques minutes pour lister tout ce qui va bien dans votre vie sur l’aspect personnel, la famille, la santé, le professionnel, et même les finances. Pratiquer cet exercice chaque jour pendant 6 semaines augmente son bien-être. Et c’est la science qui l’a prouvé !


    A ce titre, ne peut-on pas se dire que cette pandémie nous fait prendre conscience de l’importance d’être solidaire, de notre responsabilité vis-à-vis de notre planète, de relativiser sur ce qui est essentiel (travail ou famille/amis/santé) ?

  • 5Votre plan pour l’après

    Cette pause forcée est une opportunité pour nous tous, que nous ayons un emploi, mais aussi quand on se retrouve au chômage partiel, que nous soyons indépendants et subissons une baisse d’activité ou que nous soyons en transition professionnelle. C’est aussi une invitation à repenser nos habitudes et vos actions. A se remettre en question. Alors quelles habitudes nouvelles pourriez-vous mettre en place à l’avenir qui puissent être bénéfique pour vous, pour la société, pour votre employeur ?

  • 6Et si vous en profitiez pour vous faire aider ?

    Les pauses doivent servir à accélérer. Quand vous êtes fatigué, vous dormez, et reprenez des forces. Cette période peut aussi être une façon de vous développer en apprenant de nouvelles compétences, en vous formant au "Personal branding" pour mieux communiquer avec authenticité par la suite. C’est une opportunité de lire, de progresser. Et je ne connais pas de meilleur moyen que de consulter des experts ou des coachs qui vous donneront un regard extérieur et vous permettront de mieux gérer vos émotions et d’envisager des actions qui vous sortiront la tête du guidon et boosteront votre vie, et votre carrière. 

En vidéo

L'humeur de Beaugrand : Coronavirus, #soyonssolidaires

> Cliquez ici pour retrouver les épisodes précédents.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent