Ces fiches métiers donnent une idée de la sauce à laquelle nous allons être déconfinés

Ces fiches métiers donnent une idée de la sauce à laquelle nous allons être déconfinés
Emploi

CONSIGNES - Le ministère du Travail, en lien avec les différents acteurs concernés, met en place petit à petit des fiches, avec les règles sanitaires à appliquer dans chaque corps de métier. L'objectif consiste à préserver les travailleurs des risques de contagion.

Il y en a pour l’instant une trentaine. Il devrait y en avoir, au total, environ 60, le 11 mai. Pour permettre à tous les secteurs de reprendre l’activité, comme les y appellent le gouvernement, le ministère du Travail est en train de publier des fiches, établissant noir sur blanc les règles et mesures sanitaires à mettre en œuvre pour pouvoir rouvrir. 

Ces règles communes, élaborées par les ministères, mais en lien avec les médecins et les professionnels, sont destinées aux employeurs, responsables de la santé et de la sécurité des salariés. Elles sont très attendues dans certains domaines, comme le secteur du tourisme, les campings, hôtels, restaurants, ou encore les métiers où la promiscuité est obligatoire, comme les coiffeurs, les dentistes… Que ce soit comme employeur, mais aussi comme salarié ou client, il est donc intéressant d’y jeter un œil. Ne serait-ce que pour discerner à quoi va ressembler l’après-11 mai, dans un monde déconfiné mais néanmoins sous haute surveillance. 

Et si toutes les fiches ne sont pas encore publiées, certains secteurs ont déjà leurs règles bien définies. Souvent, d’ailleurs, des secteurs qui ont été particulièrement sollicités pendant le confinement, et ont donc dû rapidement mettre en place les règlements permettant d’assurer la sécurité des salariés. Ainsi, le secteur de l’agriculture, élevage, et agroalimentaire déroule les conditions pour le travail dans le maraîchage, chantiers de travaux agricoles, travail saisonnier, ou encore le travail en abattoir.

Le secteur du commerce, a aussi plusieurs fiches métiers, notamment ceux qui ont pu rester ouverts : travail en boucherie, charcuterie, travail en drive, travail dans un commerce de détail. Par exemple, l’on apprend que tous les commerces de détail devront - entre autres -  installer un panneau à l’entrée du magasin avec les informations utiles aux clients, installer si possible un poste d’encaissement dédié en extérieur ou un service de livraison, mais aussi établir un plan de nettoyage très clair, laisser les portes ouvertes, et mettre à disposition en permanence des consommables tels que lingette, essuie-tout, ou marquage au sol. 

Lire aussi

Le secteur de l’hygiène et la propreté est lui particulièrement renseigné, ou encore celui des transports individuels. Ainsi, le chauffeur de taxi ou de VTC doit préparer son véhicule avec un plan de nettoyage des surfaces intérieures, poignées de portes et boutons, zones de paiement. Il doit indiquer clairement au passager qu'il ne peut pas s’asseoir à côté de lui, le placer à l’arrière en quinconce et nettoyer entre chaque client. Le client doit ouvrir et fermer lui-même la porte, ne pas poser de bagages à l’intérieur, sauf un petit sur les genoux, ou placer et lui même ses bagages dans le coffre et les récupérer également lui-même.

Certaines règles communes à tous

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Votre employeur a-t-il le droit de baisser votre salaire à cause de la crise ?Un million de chômeurs en plus en France ? "C'est possible"... mais pas inéluctable

D’autres fiches plantent un cadre général, commun à toutes les organisations. Par exemple dans celles qui disposent de "locaux sociaux", tels les cafétéria ou les coins cuisine, les employeurs sont par exemple incités à organiser des pauses repas par atelier, secteur ou ligne. Ils leur est en outre conseillé de mettre des affichages devant les distributeurs, micro-ondes et réfrigérateurs, demandant aux personnes de se laver les mains avant et après utilisation, ou encore de bloquer les clapets des distributeurs de boisson en position haute, pour ne pas avoir à les manipuler. Pour les frigos communs, il convient d'attribuer une place dédiée par salarié, de supprimer les couverts communs ou le pichet d’eau à disposition, de condamner les fontaines à eau à commande manuelle ou encore d'interdire le face à face à table. 

Pour les entreprises qui ont des selfs, il faut par exemple matérialiser des files d’attentes avec un marquage au sol, assurer une disposition des aliments espacée sur le présentoir afin d’éviter de mettre accidentellement les mains sur d’autres comestibles, supprimer les condiments commun en proposant des sachets individuels, supprimer les carafes et condamner les fontaines à eau manuelle et donc mettre à disposition des bouteilles individuelles ou encore des écrans transparents pour protéger la personne en caisse.

> Pour consulter les fiches métier, sur le site du ministère du Travail

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent