Chômage en hausse, femmes pénalisées : contexte sombre pour la Semaine pour l’emploi des personnes handicapées

Emploi
DirectLCI
LE POINT – Du 19 au 25 novembre se tient la Semaine pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), qui veut mettre en lumière les solutions pour améliorer l’emploi des personnes handicapées, dans un contexte de hausse du chômage pour cette catégorie de population active.

La semaine du lundi 19 au dimanche 25 novembre est dédiée tout particulièrement à l’emploi des personnes en situation de handicap. La SEEPH (Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées) ambitionne ainsi de mettre un coup de projecteur sur des solutions comme l'alternance et l'apprentissage mais aussi sur les discriminations subies plus particulièrement par les femmes.


L’enjeu est d’autant plus important que l’année 2018 affiche un contexte de forte hausse du chômage des personnes handicapées. La barre des 500.000 demandeurs d'emploi handicapés inscrits à Pôle emploi a notamment été dépassée pour s'établir à 514.000 personnes (ce qui constitue 9% de l’ensemble des demandeurs d’emploi), soit une hausse de 3,5% sur un an. Le taux de chômage, autour de 19%, est quant à lui toujours deux fois supérieur à la moyenne nationale.

Plus âgés, moins formés

Plus âgées que la moyenne des demandeurs d'emploi (49% ont plus de 50 ans, contre 26% pour tout le tout public) et moins qualifiées (33% ont un niveau bac, contre 50% pour le tout public), les personnes handicapées connaissent aussi des périodes de chômage plus longues (58% des demandeurs d’emploi sont des chômeurs de plus d’un an, contre 48% des demandeurs d’emploi tout public). Une situation que déplore Alain Rochon, président d'APF France handicap :  "C'est un désastre. A un moment où le chômage se stabilise, on constate que pour les personnes handicapées, la courbe est en constante progression". 


La loi impose aux structures de plus de vingt salariés d'embaucher au moins 6% de travailleurs handicapés. Malgré tout, les taux d'emploi peinent à décoller. En 2016, moins de 4% des emplois du privé et un peu plus de 5% des postes dans le public étaient ainsi occupés par des travailleurs en situation de handicap. Cependant, comme le relève l'Agefiph (Emploi et aide handicap), cela progresse : la part des entreprises privées employant des personnes handicapées est passée de 60 % en 2006 à 80 % en 2016. A l'opposé, la part d'entreprises sans action positive pour l'emploi des personnes handicapées s'est aussi réduite, passant de 29 % en 2006 à 8 % en 2016. Aujourd'hui, ce sont plus de la moitié des entreprises qui respectent leur obligation d’emploi de 6% (51% des établissements, 34% avec uniquement de l’emploi direct). 

Le handicap en première position des motifs de saisine du Défenseur des droits

Cette semaine, quelque 400 événements, tels que "handicafés", forums pour l'emploi, colloques thématiques, initiations sont organisés dans toute la France (tout le détail du programme sur www.semaine-emploi-handicap.com). Trois thèmes sont à l'honneur : l'apprentissage - seuls 1% des apprentis sont en situation de handicap-, l'emploi accompagné - dispositif permettant d'accompagner les travailleurs et leurs entreprises -, et les femmes, qui subissent une "double discrimination" de genre et de handicap. 


Les associations demandent notamment aux pouvoirs publics des statistiques de l'emploi genrées pour pouvoir établir "une cartographie précise des difficultés". En 2017, le handicap est passé en première position, devant l'origine, des motifs de saisine du Défenseur des droits pour des faits de discrimination. Les associations insistent : "Pour lutter efficacement contre le chômage, il faut multiplier les solutions d'accompagnement, les expérimentations comme les territoires zéro chômeur, ouvrir les formations mais aussi faire la prévention de la désinsertion professionnelle". 


En octobre, le gouvernement a annoncé lors d'un Comité interministériel sur le handicap des mesures spécifiques d'accompagnement expérimental renforcé des demandeurs d'emploi handicapés par Pôle emploi dans 13 sites pilotes. Cet été, il a signé une convention avec les entreprises adaptées, destinée aux personnes qui ont des difficultés dans le milieu dit "ordinaire", pour doubler d'ici à 2022 les embauches et passer à 80.000 employés. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter