Chômage partiel : le nombre de bénéficiaires a enregistré une "décrue manifeste" en mai

Chômage partiel : le nombre de bénéficiaires a enregistré une "décrue manifeste" en mai
Emploi

DÉCOMPTE - La ministre du Travail Muriel Pénicaud a indiqué mercredi que le chômage partiel avait réellement concerné 7,8 millions de salariés le mois dernier, avec "moitié moins d'heures" qu'en avril.

Des chiffres en baisse. Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a dévoilé ce mercredi sur Radio Classique les chiffres du chômage partiel pour le mois dernier : le dispositif a réellement concerné 7,8 millions de salariés en mai, contre 8,6 millions en avril.

"Fin mai, 7,8 millions de Français ont été en chômage partiel, mais c'est moitié moins d'heures qu'en avril. La décrue est vraiment manifeste, c'est vrai dans le commerce et le bâtiment", a-t-elle détaillé. 

Un salarié sur deux sur son lieu de travail

"En mai, dans le secteur privé, un salarié sur deux est allé travailler sur son lieu de travail, un sur quatre (était) en télétravail, un quart en chômage partiel, en garde d'enfant ou en arrêt maladie", a-t-elle précisé. "Un quart de la force de production en moins, c'est beaucoup dans un pays, cela a contribué à la récession", a poursuivi a ministre, estimant que "ça devient vraiment dangereux pour l'emploi si ça ne reprend pas plus massivement". D'ailleurs, elle en est convaincu : quand Emmanuel Macron indique qu'il faudrait "travailler davantage", Muriel Pénicaud répond : "Aujourd'hui, notre enjeu, c'est de travailler tous".

Concernant le coût du chômage, "au total, depuis le début, on a dépassé pas loin de 17 milliards" pour financer cette activité partielle, a indiqué la ministre. 31 milliards d'euros ont été inscrits dans le dernier budget rectificatif pour payer la facture.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"On s’attend à un raz- de-marée" : comment Pôle emploi peut faire face à la vague de chômeurs ?

Le dispositif d’indemnisation ne sera finalement pas baissé pour les salariés ni diminué pour les entreprises au 1er juillet, avait réaffirmé lundi le ministère du Travail, en réaction à diverses informations de presse et déclarations gouvernementales. "L'information selon laquelle l'indemnisation des salariés en activité partielle passerait à 60% du brut (contre 70% aujourd'hui, NDLR) au 1er juillet est inexacte. Il n'y aura aucun changement d'indemnisation pour les salariés en activité partielle au 1er juillet", avait souligné le ministère dans un message à la presse.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent