Chômage : une baisse en "trompe l’œil" au deuxième trimestre

Chômage : une baisse en "trompe l’œil" au deuxième trimestre

ECONOMIE - Le chômage en France a diminué de 0,7 point au deuxième trimestre selon les données publiées par l'Insee ce jeudi. Un léger recul qui n'est pourtant pas représentatif de la véritable situation de l'emploi dans le pays.

0,7 point. C'eest la baisse mesurée par l'Insee du taux de chômage en France au cours du deuxième trimestre 2020. Il passe ainsi de 7,8 à 7,1% de la population active. Dans le détail, le taux de chômage diminue nettement pour les 25-49 ans (–0,8 point) et les 50 ans et plus (–1,0 point) mais augmente fortement pour les moins de 25 ans (+1,8 point). Des chiffres surprenants au vu du contexte sanitaire et de la crise du coronavirus, qui a fortement impacté les économies mondiales. L'Insee explique qu'il s'agit d'une "baisse en trompe l’œil du chômage au sens du Bureau International du Travail (BIT)". 

Cette notion s'appuie sur trois critères cumulatifs. Ainsi, pour qu'un individu de 15 ans ou plus soit considéré comme chômeur au sens du BIT, il faut être sans emploi pendant une semaine donnée et disponible pour travailler dans les deux semaines à venir. La personne doit également avoir recherché activement un emploi au cours des quatre dernières semaines ou en avoir trouvé un qui commence dans les trois mois. Cette définition restrictive explique que de nombreux sans-emplois ne soient pas (encore) officiellement comptabilisés dans le taux de chômage. D'autant plus avec un confinement qui a largement affecté les possibilités de recherche d'emploi.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Des niveaux records

L'Institut national de la statistique et des études économiques a publié jeudi des données complémentaires qui, derrière ce chiffre "en trompe l'oeil", illustrent bien "l'ampleur de la crise" selon Sylvain Larrieu, chef de la division Synthèse et conjoncture du marché du travail à l'Insee. Le taux d'emploi, notamment, a aindi a chuté. Chez les 15-64 ans, il a diminué de 1,6 point, à 64,4 %, son plus bas niveau depuis début 2017. Surtout, chez les jeunes de moins de 25 ans, la baisse est encore plus brutale : -2,9 points à 26,6%, un plus bas historique depuis que l'Insee le mesure (1975). Au contraire, le sous-emploi a lui bondi. Il concerne désormais  20% des personnes en emploi, là encore il s'agit d'un record depuis que l'Insee prend en compte cette donnée (1990). 

"Une déflagration massive"

La crise se retrouve aussi dans le "halo autour du chômage" (personnes sans emploi qui en souhaitent un mais qui ne satisfont pas tous les critères du BIT pour être considérées comme chômeurs). L'Insee dénombre 2,5 millions de personnes dans cette catégorie, soit une hausse de 767.000 par rapport au premier trimestre. Mathieu Plane, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques, en conclut : "On a un tiers de la population en situation de travailler qui est inactive, alors qu'on est traditionnellement à 11-12%. C'est une déflagration massive". Il s'attend par ailleurs à un grossissement important du taux de chômage au prochain trimestre. Un basculement va s'opérer du halo vers le chômage au sens du BIT. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours de récré ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Marseille : un couple d'enseignants reçoit des lettres de menaces de mort avec une photo de Samuel Paty

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.