Combien gagne un stagiaire en France en 2019 ?

Emploi

ÉTUDE – A quelques jours de la Journée Internationale des Stagiaires, La Relève, site d’offres de stages, a mené une étude sur la rémunération des stagiaires dans les grandes villes de France. Leur gratification est en hausse pour la troisième année consécutive.

Stagiaires, précaires ? Ce dimanche 10 novembre, c’est la journée internationale des stagiaires. Pour les étudiants, l’étape du stage est devenue une nécessité pour accéder au monde professionnel, faire ses armes, découvrir un environnement... Et du côté des entreprises, l’accueil d’un ou une stagiaire est devenu habituel, au point de devenir quasiment indispensable dans leur mode de fonctionnement et un incontournable des ressources humaines. De plus en plus lui sont confiées des tâches qui devraient normalement échoir à des personnels salariés.

Il a un vrai rôle, de vraies responsabilités. Mais traîne souvent l’image du jeune collaborateur sur-employé et sous payé. Qu’en est-il dans la réalité ? La Relève, spécialisé dans le recrutement d’étudiants et de jeunes diplômés, a livré les résultats de son étude annuelle sur leur rémunération.  Et les résultats 2019 peuvent démonter quelques clichés.

Lire aussi

Une gratification en hausse

D'après la loi, un employeur qui accueille un stagiaire plus de 2 mois est dans l’obligation de lui verser une gratification minimale. Le taux horaire de la gratification est égal au minimum à 3,75 euros par heure de stage, correspondant à 15% du plafond horaire de la sécurité sociale.

Et selon l’étude, le salaire des stagiaires français est en hausse pour la troisième année consécutive. Alors que la rémunération moyenne des apprentis tricolores culminait en 2017 à 899 euros brut par mois, elle avait grimpé de 10% en 2018 pour atteindre 1.000 euros brut par mois. Cette année encore, elle enregistre une légère hausse, pour s'établir à 1.036 euros brut par mois, soit presque deux fois plus que le minimum imposé par le législateur.

En vidéo

"Viens voir mon taf" aide les collégiens issus des milieux défavorisés à trouver des stages

Différences suivant les secteurs et les villes

Le salaire versé varie suivant les secteurs. Sans réelle surprise, les secteurs du droit, de la finance et de l’informatique, très en demande, s’imposent comme les plus rémunérateurs en France, avec une moyenne avoisinant les 1450 euros mensuels. Dans le détail, certaines activités font sensiblement augmenter la moyenne : pour des postes dans la gestion d'actifs, ou encore le droit des affaires, les rémunérations peuvent atteindre jusqu’à… 3 200 euros brut par mois. A l’inverse, si vous évoluez dans le graphisme, les débuts seront plus difficiles. Ainsi, les étudiants en graphisme ou en communication touchent une moyenne de 800 euros mensuels.

La rémunération varie, enfin, suivant les villes. Paris reste la ville où les stagiaires sont globalement les mieux rémunérés, avec un salaire aux environs de 1089€/mois. Elle est suivie de près par Rennes où ce montant atteint 1021€, puis par Nice, 1000€.

Contrairement à l’année dernière, où elle se situait dans le Top 3 des villes les plus attrayantes économiquement parlant pour les jeunes diplômés ou étudiants en formation, Bordeaux se retrouve cette année en dernière position, proche de Marseille, avec une moyenne en dessous de 900 euros brut par mois. Lille fait également partie des villes qui offrent un des plus bas niveaux de salaire pour les stagiaires…

> Etude réalisée auprès de 5.000 étudiants entre mai et septembre 2019, via le site La Relève et ses partenaires écoles et universités. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter