Comment bien négocier son salaire ? Les pièges à éviter lors de votre entretien annuel

Comment bien négocier son salaire ? Les pièges à éviter lors de votre entretien annuel
Emploi

TUTO - Pour bon nombre de salariés, fin d’année rime avec entretien annuel. Souvent redouté, cet exercice peut aussi être l’occasion de négocier une augmentation salariale. Quelques conseils pour préparer et gérer au mieux ce moment.

C’est la saison des entretiens annuels. Et avec elle, le retour d’une occasion pour les salariés : celle de demander une augmentation salariale. Sauf que pour de nombreux collaborateurs, cette négociation est un exercice nébuleux, car mal maîtrisé, faute d’en connaître les codes. Comment s’y préparer ? Et comment la gérer au mieux ? PageGroup, société du recrutement et de l’intérim spécialisés, vient de sortir un livre blanc sur le sujet. De quoi en tirer quelques conseils.

Les pièges

C'est assez logique, mais toujours bon à rappeler : il y a d'abord quatre pièges à éviter lors de votre négociation salariale :

1- Crier à l’injustice

2- Expliquer que l’on a besoin d’argent

3- Formuler une demande sous forme d’ultimatum

4- Faire preuve d’un excès de confiance

Ne surtout pas improviser

Pour réussir sa négociation salariale, il n’y a pas de place à l’improvisation : il faut se préparer, c’est essentiel. En tant que salarié, vous devez rassembler des arguments factuels et précis, basés sur votre historique au sein de l’entreprise et sur la tendance globale du secteur. Cela évite de se laisser surprendre lors de l’entretien.

 

> Connaissez votre valeur sur le marché du travail : renseignez-vous sur les tendances majeures de votre secteur (turnover, plein emploi, pénurie de profils...) et sur les évolutions salariales de votre métier pour construire un argumentaire pertinent. Pour cela, il est possible de s’appuyer sur les études de rémunérations des cabinets de recrutement, qui présentent des notes de tendances et de salaires pratiqués selon les fonctions, niveaux d’expérience et régions.

Lire aussi

> Connaissez votre valeur pour votre entreprise : un travail de réflexion est nécessaire pour attribuer une valeur financière à vos compétences techniques et relationnelles, et mesurer votre contribution réelle aux résultats de l’organisation. Dressez la liste de vos réalisations au sein de l’entreprise, cela permet d’évaluer votre impact et sa valeur ajoutée. Par ailleurs, informez vous sur la situation financière de votre employeur, pour négocier un salaire en adéquation avec les performances de votre entreprise.

> Déterminez votre fourchette salariale : plutôt qu'un chiffre précis, fixez une fourchette, en partant des tendances du marché, de sa valeur propre, et du contexte de l’entreprise. Cela permet d’engager une négociation ouverte et d’apporter de la souplesse du côté de l’employé comme de l'employeur. Pour déterminer une fourchette pertinente, il faut connaître son salaire brut annuel et avoir en tête son historique d’augmentation, sa part de variable, et les primes et les avantages annexes qui composent son package.

> Entraînez-vous : pour réussir votre négociation salariale, n'hésitez pas à vous entraîner, seul ou avec des proches, pour identifier les points faibles de votre discours et les retravailler. 

En vidéo

La Chronique éco : Hausse des salaires, un doux rêve ?

La négociation, ça se pense comme un rapport "gagnant-gagnant"

> Gardez en tête que l'entretien reste un temps d’échanges et non un rapport de forces. Il s’agit d’une discussion entre deux parties qu'il faut penser dans un rapport "gagnant-gagnant". Pour cela, il faut être à l’écoute de l’autre et prendre en compte ses contraintes.

> Restez factuel : il s’agit de restituer de la manière la plus factuelle possible les éléments vus précédemment (valeur sur le marché et dans l’entreprise) à l’aide d’exemples et d’arguments concrets.

> Maîtrisez vos émotions : pour présenter votre demande, il est nécessaire de quitter le champ des émotions pour celui du rationnel. Chacun doit pouvoir prendre du recul pour reconsidérer la situation si la discussion se tend.

Une fois l’entretien terminé, restez à l’affût

Le retour est rarement immédiat. Il s’agira pour vous d’envisager les différents scénarii possibles (refus de l’employeur, proposition en deçà des attentes ou en adéquation avec la demande) et de préparer d’éventuels nouveaux échanges.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent