"Ma nouvelle vie" : des commerçants tentent de se réinventer pour survivre

"Ma nouvelle vie" : des commerçants tentent de se réinventer pour survivre
Emploi

SAUVETAGE - Pour sauver leur entreprise, un coiffeur et un restaurateur ont fait preuve d'imagination. Découvrez comment ils se sont organisés pour faire face au confinement.

Livraison de repas à domicile ou cours de coiffure à distance. En attendant la réouverture de leurs commerces, certains professionnels font preuve d'imagination pour sauver leur activité, stoppée net par le confinement. Face à l'instauration du confinement pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, ils ont trouvé le moyen de se réinventer. 

En attendant un déconfinement annoncé progressif le 11 mai, les autorités s'attachent de leur côté à relancer l'économie du pays, "entièrement à l'arrêt ou presque", comme l'a résumé Bruno Le Maire mardi 21 avril au Sénat.

Solidarité

A Marseille, Romain Jolfre s'est lancé dans la livraison de repas à domicile. Les commandes se font par téléphone et il en compte une dizaine par jour. Il n'est plus en mesure de se rémunérer, mais il a bon espoir que cette nouvelle façon de fonctionner complétera ses recettes à partir du 11 mai, où il imagine un redémarrage restreint "par le nombre de clients dans les locaux"  entre autres. Un système nouveau dans lequel il fait appel au circuit-court, afin de faire travailler les fournisseurs de son quartier. Une forme de solidarité que l'on retrouve chez le coiffeur Jean-Michel Fareta, qui assure des cours de coiffure en visioconférence. Pour ses élèves, c'est une façon "de ne pas perdre la main" et de se préparer au déconfinement. 

Lire aussi

Toute l'info sur

Le 20h

Alors qu'Edouard Philippe attend ce mercredi les copies de ses ministres qui doivent présenter 17 "plans d'actions" prioritaires en vue du déverrouillage progressif prévu le 11 mai, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a d'ores et déjà présenté au Sénat le nouveau plan de soutien gouvernemental, rehaussé à 110 milliards d'euros. 

Le fonds de solidarité de 7 milliards d'euros pour soutenir les entreprises a déjà versé 937 millions d'euros d'aides, a annoncé au Sénat Gérald Darmanin. "Ce soir à 21h, nous sommes à 1.088.000 demandes", a précisé le ministre des Comptes publics, lors de l'examen du deuxième projet de loi de finance rectificative. Pour rappel, ce dispositif permet aux entreprises ayant subi une chute de plus de 50% de leur chiffre d'affaires de recevoir 1.500 euros, un montant qui monte à 5.000 euros pour celles menacées de faillite. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent