Coronavirus : faut-il généraliser le port du masque en entreprise ?

Coronavirus : faut-il généraliser le port du masque en entreprise ?
Emploi

MASQUE AU TRAVAIL – En ce mois d’août, malgré les vacances et le télétravail, les entreprises se révèlent le principal lieu de contaminations. De quoi ouvrir la voie à une généralisation du masque ?

Après la rue, le bureau ? Alors que le Premier ministre Jean Castex souhaite "étendre le plus possible l’obligation du port du masque dans les espaces publics" pour lutter contre la recrudescence du nombre de cas de coronavirus, la question de l’élargissement de la mesure aux entreprises se pose en vue de la rentrée. En cause, la multiplication des contaminations dans les bureaux.

Dans son dernier bulletin épidémiologique daté du 6 août, Santé publique France indiquait en effet que les entreprises étaient les lieux où était enregistré l'essentiel des foyers de contaminations. Selon l’agence sanitaire, parmi les 609 clusters recensés depuis le déconfinement, 22% (134) se situaient dans "des entreprises privées et publiques", là où le port du masque n’est pas obligatoire lorsque l'entreprise ne reçoit pas de public. C’est plus que dans les établissements de santé (16%), les établissements sociaux (10%) ou les transports (1%), où le masque est imposé.

"Si quelqu’un tousse dans un open-space, il peut contaminer tout le monde"

Face à cette situation, le masque doit-il être systématiquement rendu obligatoire dans les entreprises ? Pour l’épidémiologiste Martin Blachier, c’est même "le gros sujet de la rentrée". "Beaucoup d’entreprises préparent septembre avec des salariés en présentiel", rappelle-t-il à LCI, "cela risque donc d’être le principal pourvoyeur de ‘clusters’."

À ce jour, selon le protocole sanitaire mis en place par le ministère du Travail, le port du masque n’est obligatoire que dans les "situations d’impossibilité de respect ou de risque de rupture de la distanciation physique d’au moins un mètre". Mais ce protocole "n’est plus à jour", assure Martin Blachier. "Dans un open-space, si quelqu’un tousse à son bureau, il peut contaminer l’ensemble des salariés, même si la distanciation physique est respectée. Si chacun porte un masque, tout le monde pourra retourner à son bureau. En revanche, un retour massif au travail sans masque serait un sacré pari..."

Lire aussi

Selon l’épidémiologiste, il serait d’ailleurs beaucoup plus opportun d’obliger le masque dans les entreprises que dans l'espace public. "J’espère que la généralisation du port du masque dans la rue ne viendra pas", insiste Martin Blachier, pour qui la mesure "ne permettra pas d’infléchir vraiment les courbes" de contamination. "C’est donc l’obligation en entreprise qui va être discutée, car il va y avoir une augmentation des ‘clusters’. Naturellement, cette décision va s’imposer."

Une mesure "excessive", juge une organisation patronale

Pour autant, tout le monde n’est pas de cet avis. Dans un communiqué publié ce mercredi, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) "s’interroge sérieusement sur le durcissement éventuel des mesures déjà prévues". "Imposer le port du masque de manière systématique et en toutes circonstances dans toutes les entreprises semblerait, à l’heure actuelle, excessif", indique l’organisation patronale. "Exiger par exemple d’un salarié seul dans un bureau qu’il porte un masque aurait sans doute peu de sens et serait difficilement applicable."

"De plus, il serait étrange de laisser une marge d’appréciation aux préfets sur les mesures à adopter dans l’espace public de chaque département et, dans le même temps, de généraliser une telle obligation à toutes les entreprises sans distinction du contexte épidémiologique", continue la CPME. Reste désormais à savoir de quel côté le gouvernement penchera avant la rentrée.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

"Aujourd'hui, le port du masque est déjà obligatoire dans les commerces de proximité recevant du public et lorsque la distanciation physique est impossible", a estimé pour sa part le Syndicat des indépendants (SDI) dans un communiqué. "Les dirigeants de TPE estiment que ces mesures sont d'ores et déjà suffisantes et ne voient pas ce qu'ils devraient faire de plus [...] La généralisation du port du masque dans les entreprises risque désormais de compliquer les rapports entre les dirigeants de TPE et leurs salariés."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent