L'Assemblée vote le don de congés aux soignants, un dispositif "hors-sujet" pour l’opposition

L'Assemblée vote le don de congés aux soignants, un dispositif "hors-sujet" pour l’opposition
Emploi

LOI - L'Assemblée nationale a voté mardi soir une proposition de loi LaREM permettant aux salariés de "donner" des congés sous forme de chèques vacances aux soignants, un texte jugé par l'opposition de gauche "hors-sujet", voire "un peu obscène", au vu des difficultés de l'hôpital.

Le texte a été validé mardi soir. L'Assemblée nationale a entériné une proposition de loi LaREM qui permet aux salariés de "donner" des congés sous forme de chèques vacances aux soignants. Pour l’opposition de gauche, le texte est "hors sujet", voire "un peu obscène", au vu des difficultés de l'hôpital.

Cette mesure, adoptée en première lecture avant son examen au Sénat, permettrait à la "solidarité des Français de s'exprimer", après la crise du coronavirus, a expliqué le rapporteur LaREM Christophe Blanchet. Elle "monétise des jours de repos des salariés sous forme de chèques vacances pour les soignants".

Lire aussi

"Malaise", "mesurette"...

Ce dispositif, qui devra être précisé par décret, ne "se substitue pas aux mesures de grande ampleur nécessaires pour donner davantage de moyens" à l'hôpital, a souligné cet élu du Calvados.  La ministre du Travail Muriel Pénicaud a salué un "acte de générosité" qui "permettra dans le même temps de contribuer à la relance du secteur du tourisme très fortement affecté" par l'épidémie.

Mais l’opposition est beaucoup plus mitigée. Chez les socialistes, Boris Vallaud a fait part d'un "malaise" face à cette proposition de loi "inaboutie" et "hors-sujet", au regard des difficultés de l'hôpital. Selon Caroline Fiat (LFI), ce n'est "pas aux citoyens de remercier les personnels, mais à l'Etat". Elle a plutôt proposé aux Français de "poser un jour de RTT" pour "manifester" le 16 juin, journée de mobilisation des syndicats et collectifs hospitaliers.

Le communiste Pierre Dharréville a de son côté fustigé le "culot" de cette proposition de loi LaREM "un peu obscène". "Vous croyez que parce que vous allez offrir des chèques vacances, vous allez faire oublier" la gestion de la crise, a quant à lui lancé le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan. Tout en indiquant que son groupe allait soutenir le texte, l'ex-LaREM et "soignante" Annie Chapelier (Ecologie Démocratie Solidarité) a regretté une "mesurette". 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"On s’attend à un raz- de-marée" : comment Pôle emploi peut faire face à la vague de chômeurs ?

"C'est un geste, une marque modeste pour manifester notre profonde gratitude", a réagi pour sa part Agnès Firmin Le Bodo (Agir Ensemble) pour défendre la mesure. Enfin, les LR sont aussi vent debout, mais pour une autre raison : soutenu par des élus de différents bord, l'élu LR Maxime Minot a reproché aux députés LaREM un "plagiat malhonnête" et une "pâle copie", soulignant avoir déposé le 22 mars une proposition de loi en ce sens.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent