Acheter un livre, prendre un taxi, faire du shopping... Ça se passera comment après le 11 mai ?

Acheter un livre, prendre un taxi, faire du shopping... Ça se passera comment après le 11 mai ?
Emploi

DÉCONFINEMENT - A partir du 11 mai, de nombreux commerces et services vont rouvrir leurs portes, mais avec des règles drastiques. A quoi doivent s'attendre les consommateurs ? Tour d'horizon des différents secteurs.

A partir du 11 mai, les commerces vont se mettre à l'heure du déconfinement. Et faire face à un double enjeu : assurer la protection des salariés et des clients, tout en rassurant ces derniers, pour qu’ils reviennent. Sauf que les mesures mises en place vont changer notre manière de fonctionner, de consommer, de faire du shopping. Ce qui est sûr, c'est qu'on sera protégés. Mais les précautions prises risquent, au grand dam des professionnels, de ne pas faciliter l'achat sur un coup de tête. Jugez plutôt.

Vous allez acheter un livre

Pour l’instant, le cadre détaillé n’a pas encore été posé par le ministère du Travail. Mais en attendant, le Syndicat national des librairies liste des actions possibles. Celle dans laquelle vous vous rendrez aura donc peut-être limité le nombre de personnes présentes en même temps en son sein, environ un client pour 10 à 20 m2 de surface de vente selon les préconisations du syndicat. Après avoir donc, probablement, fait la queue, vous devrez sans doute prendre un sens de circulation unique : la librairie aura en effet dû organiser les flux pour faire respecter la règle minimale d'un mètre de distance entre chaque personne. Ce qui peut prendre la forme d'un circuit de déambulation dans le magasin, peut-être en fonction des ouvrages que vous recherchez. 

Poursuivons notre visite virtuelle. Les personnels portent un masque, et pour les clients, c’est recommandé. Mais votre librairie peut aussi décider que c'est obligatoire pour tout le monde dans son magasin. Un panneau a d'ailleurs été installé à l'entrée avec toutes les informations utiles (rappel des consignes, organisation du service, des queues, possibilité de passer des précommandes par téléphone avec préparation en amont...) Du gel hydro-alcoolique est disposé en évidence, un écriteau indiquant qu’il est obligatoire d’en faire usage avant d’entrer. 

A l'intérieur, les allées ont été élargies, les matériels de démonstration, comme les jeux ou jouets pour enfants, ont été enlevés,  les chaises et fauteuils destinés à la lecture a minima espacés. Le vendeur vous incite également à éviter la manipulation des ouvrages. S’il vous conseille, il vous en désigne un, mais ne le passe pas de main en main. Il est aussi possible que votre librairie ait étendu ses horaires, pour mieux répartir la fréquentation, ou ne se soit organisée par demi-journées, une moitié étant réservée au retrait et l’autre à l’accueil du public. Si vous êtes réticent à venir en magasin, votre librairie a sans doute maintenu le "clique et collecte" : commande par téléphone, ou courrier électronique et retrait en magasin. 

Vous prenez le taxi ou un VTC

Pour cette profession, les règles sont déjà fixées par le ministère. Votre chauffeur vous a demandé d’ouvrir et fermer vous-même la porte du véhicule. Vous vous installez à l’arrière, en quinconce par rapport à lui, pour préserver au maximum la distance. Personne ne s’assoit à ses côtés. Le chauffeur vous remet une plaquette d’explications plastifiée, vous rappelant les règles applicables pendant la pandémie. 

Devant vous sont mis à disposition des consommables, tels que gel hydro-alcoolique, lingettes, sacs-poubelle… Le chauffeur vous demande d’ailleurs, si vous avez des bagages, de les entreposer dans le coffre, que vous ouvrez et fermez vous-même. Car vous avez interdiction d'en poser sur la banquette arrière, sauf s’il s’agit d’un petit sac, gardé sur les genoux. Vous n’avez plus à disposition de boisson ou de friandises durant le transport, et on vous demande de privilégier le paiement avec une carte bancaire. Le chauffeur nettoiera l’appareil après chaque utilisation. Quand vous serez sorti, il briquera totalement son véhicule avant le prochain client, sur tous les points sensibles : porte, poignées, dossier, terminal de paiement... avant de faire un nettoyage de plus grosse ampleur en fin de service. 

Vous allez chez le coiffeur

Là encore, la fiche métier du ministère n’a pas été encore officialisée, mais les recommandations de l’Union nationale des entreprises de coiffure donnent une idée des actions qui devraient être mises en place. D'abord, finies les salles d’attente, vous avez dû prendre rendez-vous. On vous a demandé de venir seul, ou pour accompagner un enfant. Seuls les clients qui se font coiffer ou qui achètent un produit peuvent rester dans le salon. Quand vous entrez, vous devez utiliser du gel hydro-alcoolique mis à disposition. Vous devez porter un masque. 

De son côté, le coiffeur vous fera prendre en charge votre vestiaire, et aura sans doute mis en place un sens de circulation unique. On ne vous propose plus de magazine, ni de collation. Avec votre coiffeur, l’idée est d’éviter les contacts trop rapprochés, vous conversez donc via le miroir. Vous ne pouvez pas toucher les produits à la revente. Celui ou celle qui s'occupe de vos cheveux porte un masque, voire une visière ou des lunettes, et utilise des gants pour certaines prestations techniques. Pour les coupes de barbe, le port de lunettes et de gants est même obligatoire Il est aussi possible que votre salon ait étendu ses horaires, pour pouvoir mieux répartir les flux, et que si c’est un gros établissement, il ait mis en place deux équipes qui ne se croisent pas. 

Lire aussi

Vous allez dans un magasin d'électro-ménager

Certaines enseignes, comme la Fnac et Boulanger ont rouvert pendant la crise, en mettant en place des services de e-commerce. Avec la réouverture, des mesures testées seront sans doute prolongées. Notamment le conseil clientèle, un des principaux enjeux avec la distanciation sociale. Ainsi, pour rassurer les visiteurs, certaines proposent de fixer des rendez-vous avec des vendeurs et de fixer un horaire de visite. Chez Leroy Merlin, le conseil client se fait déjà à distance, les vendeurs sont dans des bureaux d'où ils renseignent le client. 

Vous allez en concession automobile

On vous a peut-être demandé de venir seul ou accompagné d’une seule personne, comme le recommande le guide pratique de l'IRP auto, institut de protection sociale des professionnels de l'automobile. On vous a incité aussi à privilégier l’accueil sur rendez-vous, pour éviter d’avoir plusieurs personnes en même temps. On vous a également, d’ailleurs, demandé de venir avec votre propre stylo. Là aussi, il y a du gel à l’entrée, les vendeurs ont des masques, et des marquages sont fixés au sol. Une vitre de plexiglas sépare le vendeur du client. 

Vous avez repéré la voiture qui vous convient ? Vous allez l’essayer, mais seul. Une fois que vous êtes sorti de l’habitacle, le véhicule sera entièrement nettoyé et inutilisé pendant trois heures. Pour finaliser un achat, le concessionnaire vous aura peut-être envoyé les documents par courriels, et vous demandera de signer par signature électronique. D’ailleurs, il ne vous remettra pas les clés – ou la facture, ou le devis - de la main à la main, mais les posera sur un espace dédié, une petite coupelle, pour éviter les contacts. 

Vous allez faire du shopping

Plusieurs enseignes internationales ont rouvert des points de vente à l’international, ce qui a permis de roder les mesures en place. Ainsi, Mango a adopté à l’étranger des horaires plus réduits, un contrôle du nombre de clients présents, une "désinfection extraordinaire" des surfaces. Aigle, qui compte 202 points de vente en Chine, va transposer en France ce qui a été fait. "Cela veut dire port du masque, masques à disposition, gel hydro-alcoolique à l'entrée, disponible en différents points du magasin, mais aussi désinfection des cabines et nettoyage renforcé de toutes les zones de contact", explique sa CEO Sandrine Conseiller au site Fashion Network.

Là encore gel, gants et visière seront la norme. Mais les enseignes de prêt-à-porter font aussi face à des enjeux particuliers : quid des essayages ? Des vêtements essayés ? Des cabines ? Les consignes officielles ne sont pas encore arrêtées, mais là aussi un guide est en train d’être élaboré. La Fédération nationale de l’habillement renvoie aux préconisations scientifiques qui conseillent de "maintenir le vêtement en quarantaine", et orientent sur l'avis d'un pneumologue, le professeur Bertrand Dautzenberg, qui donne une idée de ce qui nous attend : "On pourrait envisager comme règle que, pendant un temps, les vêtements essayés doivent être mis en quarantaine, et cela pour une demi-journée", déclare-t-il dans une interview à Fashion Network. "Quant aux cabines, ce sont des espaces étroits et petits qui peuvent être nettoyés en surface, via une lingette." En revanche, selon lui, les rideaux en tissu peuvent poser problème. "La question est de savoir si l'on peut les remplacer avec des rideaux en plastique, qui posent moins de risques. Voire des jetables, si cela existe." Enfin, pour les magasins qui ont beaucoup de cabines, "une solution est de les utiliser par rotation, pour espacer au maximum le passage entre deux clients." Des orientations qui doivent encore être confirmées.

Vous allez dans un grand magasin

Les grands magasins parisiens seront-ils ouverts ? Pour l’instant, les consignes sont encore floues : le plan actuel de déconfinement soumet les centres commerciaux de plus de 40.000 m2 à l’autorisation des préfets. A Paris, les grands magasins et centres commerciaux sont dans l’incertitude. Beaucoup sont en effet déployés sur différents bâtiments, et donc sous la barrière des 40.000 m2, ce qui pourrait les exonérer d’autorisation préfectorale. Le Printemps indique ainsi au Parisien se préparer à réouvrir lundi, "en attendant de nouvelles précisions dans les jours qui viennent". Seraient ainsi fournis des masques, du gel, mis à disposition des vendeurs et des clients. Le nettoyage sera renforcé et les surfaces de contact et postes de travail direct seront désinfectés au long de la journée. Les distances de sécurité seront matérialisées, et du plexiglas mis en place. Des horaires seront aménagés. 

Vous allez à la parfumerie

Elles rouvrent ! Il va être désormais possible de racheter parfum, maquillage, ou encore soin du visage ! En revanche, il est fort possible que votre enseigne Sephora ou Nocibe ne change un peu de visage : les testeurs de produits seront indisponibles, et les espaces de services, où d’ordinaire des vendeuses faisaient des démonstrations ou des séances de maquillages, sont annulées. Aucun échantillon ne sera distribué. Certaines enseignes comme Sephora envisagent de prendre la température des clients et d’interdire l’entrée de ceux ayant plus de 38 degrés. Chez Nocibe, les instituts de beauté seront fermés. 

C’est d’ailleurs un autre enjeu des instituts de soin, où la distanciation sociale va être dure à tenir. L'épilation du maillot et la manucure semi-permanente seront-elles possibles ? En temps normal, les instituts de beauté sont déjà soumis à des normes d'hygiène strictes, avec utilisation de consommables jetables, désinfection des objets utilisés entre chaque client, port de gants, nettoyage des cabines, protection à usage unique des fauteuils de soins. La base de l’hygiène est déjà là. Pour la suite, certains établissements adaptent leurs mesures. D’après BFMTV, l'institut Body Minute a ainsi décidé de distribuer des masques de protection à chaque client, d'équiper les professionnels de visières, masques et gants, et de désinfecter les cabines après chaque passage. 

Vous allez acheter du pain

Que l'on parle de boucherie, de charcuterie ou de fromagerie, les petits commerces de proximité ont plus ou moins les mêmes règles, édictées sur le site du ministère du Travail. Le nombre de personnes est limité dans le magasin. Sur la porte, un panneau vous avertit des consignes, des modalités d’entrée, de paiement, voire de la disponibilité d’un produit. Là aussi, il est possible qu’il ait été mis à disposition du gel à l’entrée, mais aussi des lingettes ou des essuie-tout. Est également sans doute organisé un circuit dans le magasin, qui organise des flux distincts entre l’entrée et la sortie, et ce dans un seul sens : tout est fait pour éviter que vous ne fassiez demi-tour. Des scotches au sol matérialisent la mesure d’un 1 mètre minimum de distanciation sociale. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

#Perriscope n° 23 - "Faire payer les riches", est-ce raisonnable ? Un million de chômeurs en plus en France ? "C'est possible"... mais pas inéluctable

Pour l’encaissement, on vous demande de privilégier le paiement sans contact. Au lieu de vous donner la baguette de la main à la main, le vendeur vous la pose sur une surface où vous la récupérez. Il est très probable, aussi, que vous vous cassiez parfois le nez, votre commerce ayant ajusté ses plages horaires, à la fois pour s’adapter à l’évolution de l’activité, mais aussi pour tenir compte des contraintes du personnel et renforcer ainsi l’hygiène.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent