Démission : entre risque et opportunité, 6 cadres sur 10 envisagent de sauter le pas

Emploi
DirectLCI
NOUVEAU DÉPART - Manque de perspectives, salaire insuffisant, équilibre vie professionnelle/vie privée... : 62% des cadres pensent à démissionner sans avoir une autre offre d'emploi, selon une enquête Cadremploi/Ifop publiée ce mercredi. Leurs motivations, ou à l'inverse leurs freins, sont multiples.

Démissionner (sans avoir retrouvé un autre travail) pour se sentir mieux. Il y a ceux qui y pensent et ceux qui le font. Pour comprendre les raisons qui retiennent les cadres qui en rêvent et celles qui ont poussé ceux qui ont osé et sauté le pas, Cadremploi les a interrogés en partenariat avec l'institut de sondage Ifop. 


Les conclusions de cette étude, dévoilée ce mardi 13 novembre par le site d'emploi destiné aux cadres, sont plutôt optimistes puisque la plupart des intéressés semblent heureux : 81% se déclarent épanouis dans leur vie quotidienne. Ce sentiment est cependant davantage dû à leur vie personnelle que professionnelle (89% s'estiment épanouis dans le domaine privé contre 70%  au travail).  

La sphère professionnelle est pourtant très importante à leurs yeux puisque 92% des cadres reconnaissent l'importance de leur travail dans leur épanouissement global au quotidien. Ils y valorisent la dimension humaine (ambiance, relation avec le manager) avant les éléments propres à leur carrière (perspectives professionnelles, rémunération).


Pour autant, 62% des cadres envisagent de démissionner. La proportion atteint même 74% chez les jeunes de 18 à 34 ans. Un chiffre qui peut paraître énorme. Mais il s'explique par la nature extrêmement variée des motifs invoqués. Parmi les principaux déclencheurs de démission : 38% citent leurs perspectives professionnelles au sein de l'entreprise qui ne sont pas à la hauteur de leurs attentes,  37% leur rémunération, 35% les relations avec le manager, 34% l’intérêt des missions. En outre, à ces motifs d'ordre professionnel, viennent s'ajouter une autre raison plus personnelle pour 34 % des sondés, qui souhaitent en fait changer de vie. Parmi eux, 48% envisagent même de le faire d'ici un an et 41% dans les deux à cinq ans

En vidéo

Ils ont réussi leur reconversion professionnelle : leurs conseils pour éviter les erreurs

Un risque pour 42% des cadres, une opportunité pour 36%

Mais avant de passer à l'acte, les craintes se font largement sentir. "La démission reste toujours un risque et associée à un sentiment d'échec", explique Julien Breuil, directeur des études de Cadremploi. Elle est en effet perçue comme un risque par 42% du panel. La peur de bouleverser le quotidien est ainsi formulée par 39% des sondés, les contraintes financières que cela impliquerait par 34 % ou encore ne pas trouver d'offre pour un autre poste par 32%. 


Il n'empêche : à l'inverse, 36% des cadres interrogés voient la démission comme une opportunité. Et parmi les 60% qui ont déjà franchi ce cap -on dénombre plus de 3 millions de cadres dans le secteur privé-, 36% ont finalement trouvé qu'elle a été une source d'apaisement et 25% une source d'excitation. Mieux encore, 81% estiment que le fait d'avoir démissionné a eu des conséquences positives sur leur niveau de bien-être général. 


Méthodologie : enquête menée auprès d'un échantillon de 1001 cadres, représentatif de la population française des cadres actifs en poste. Interviews réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 10 au 16 octobre 2018. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter