Et si les décideurs étaient plutôt optimistes sur la reprise ?

Et si les décideurs étaient plutôt optimistes sur la reprise ?

ETUDE - Le baromètre des décideurs mené par Viavoice pour Les Echos indique que, contrairement à ce qu’on pourrait penser, la plupart des chefs d’entreprise ont plutôt l’intention de capitaliser sur leurs troupes pour affronter la crise. A peine 10% envisagent de licencier.

Pour affronter la crise, mieux vaut être bien armé. Et cela passe par une préservation, un souci des  troupes. C’est un peu l’enseignement qui peut être tiré du baromètres des décideurs, réalisé par Viavoice et le think-thank Sopra Steria Next, pour les Echos ce mercredi. Au total, 400 patrons français ont été sondés, avec notamment une question : quelles seront les conséquences durables du Covid 19 sur les entreprises ? 

Et les réponses sont assez… surprenantes, en ce qu’elles manifestent un état d’esprit relativement serein de la part des patrons. Ils se montrent en effet assez optimistes : 72% pensent que l’économie française retrouvera son niveau de croissance d’ici à un an. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Miser sur les compétences

Fort de cet optimisme, seuls une minorité (10%) des chefs d'entreprise ont l’intention de réduire leurs effectifs, rapportent Les Echos. Les deux tiers entendent garder le nombre de leurs salariés inchangés et 10% veulent même se concentrer sur le recrutement de profils qui connaissaient une pénurie avant la crise du Covid 19. Et en soi, cet état d’esprit est plutôt une bonne nouvelle : les entreprises ne veulent pas jouer sur les effectifs pour restaurer les marges, mais au contraire miser sur les compétences.

Car derrière tout cela, la crise a révélé chez les patrons la prise de conscience de la fragilité des organisations. Et c’est cela qui les aiguille pour l’après : mettre en place une organisation "résiliente", qui permette de résister à de futurs chocs, qu’il s’agisse de pandémie ou d’attaque informatique. "Avant le Covid-19, la priorité des entreprises étaient d’être plus efficaces, plus productives. Désormais, la résilience est en passe de devenir l’objectif numéro un", estime ainsi dans Les Echos Christian Boghos, directeur général du groupe Le Temps nouveaux, groupe de conseil de Viavoice. 

52% des patrons estiment en effet que la résilience, cette façon de surmonter les épreuves, devient une obligation et une responsabilité pour l’entreprise, vis-à-vis de ses collaborateurs, mais aussi des clients et de la société en général. Les décideurs se montrent ainsi conscient qu’il leur faut construire une nouvelle façon de voir, de s’organiser, développer de nouvelles interactions avec les clients, et  que cela passe aussi par le recrutement,  le développement de compétences ou de bonnes rémunérations. 

Sur le même sujet

Lire et commenter