Les Français sont parmi les moins fidèles à leur employeur en Europe

Emploi

JE T'AIME, MOI NON PLUS - Selon une étude ADP, qui édite un logiciel RH, un Français sur deux envisage de quitter son entreprise dans les 5 ans à venir. Pour les Millenials et la Génération Z, le délai se réduit à deux ans.

Les Français seraient décidément séducteurs, coureurs et infidèles… tout au moins en matière de travail ! L’étude The Workforce View in Europe 2019 d’ADP (Automatic Data Processing), une société qui édite un logiciel de RH et de paie, montre en effet que les travailleurs français sont très ouverts en terme de mobilité professionnelle, notamment par rapport à leurs voisins. D’après cette enquête, pour laquelle ont été sondés plus de 10.500 salariés (dont 1.410 Français) à travers l’Europe,  46% des Français déclarent en effet songer à quitter leur entreprise dans les 5 prochaines années, dont 22 % dans moins de deux ans.

Le positionnement varie selon les générations. De manière générale, les Français affirment vouloir rester en moyenne 5 ans dans la même organisation. Mais ils sont, tout de même,  27 % à envisager continuer d’y travailler jusqu’à leur retraite. A l'opposé, parmi ceux qui s'affirment comme les plus mobiles, les Millenials (29 %) et la Génération Z (36 %), dont l’appétence au changement n’est plus à prouver, sont les plus enclins à s’imaginer quitter leur société dans les 2 ans à venir. A l’inverse et sans surprise, près d’un tiers des plus de 45 ans pensent travailler plus de 5 ans pour leur employeur actuel et un tiers jusqu’à la fin de leur carrière professionnelle.

Lire aussi

En vidéo

Licencier un salarié, ça s'apprend en réalité virtuelle !

Plus ou moins fidèle selon les secteurs

Dans le détail, certains secteurs semblent susciter plus de turn-over que d’autres. Ainsi, dans le marketing ou les médias, plus d’un tiers (36 %) des professionnels ont l’intention de rester moins de 2 ans dans leur boite. A l’inverse, les salariés des secteurs des transports ou de l’industrie sont plus fidèles : ils sont deux fois moins nombreux (16 % et 19 %) à vouloir changer d’employeur dans les 24 prochains mois.

Les employés les plus fidèles, qui souhaitent finir leur carrière avec leur patron actuel, se trouvent dans l’éducation et la formation (32 %), suivis des professionnels de santé (31 %), de l’industrie (27 %) ou encore des transports (26 %). A l'opposé, les collaborateurs des secteurs des ventes, media et marketing (16 %) ou des arts et de la culture (15 %) ont la bougeotte.

Au niveau européen, les moins fidèles à leur employeur sont les Polonais : 37 % veulent partir de leur entreprise d’ici 2 ans et 17 % seulement envisagent d’y rester jusqu’à la fin de leur carrière professionnelle. Les Espagnols remportent la palme de la fidélité :  34 % d'entre eux ont l’intention d’exercer au sein de leur organisation jusqu’à leur retraite.

Lire et commenter