Les salariés basés sur le terrain se sentent déconnectés de leur siège social (et les chefs ne s'en rendent pas compte)

Emploi

SI LOIN, PAS SI PROCHE - Une étude menée en France par Censuswide pour Workplace by Facebook montre que seulement 13 % des employés basés sur le terrain se sentent connectés à leur siège social. Ce qui joue sur leur sentiment de légitimité : ils sont seulement 44% à oser partager leurs idées dans l’entreprise.

Loin des yeux, loin du cœur ? Le proverbe semble fonctionner aussi pour le monde du travail, notamment pour tous les salariés, commerciaux itinérants, livreurs ou travailleurs installés dans une antenne régionale, et qui travaillent donc loin de leur siège social. 

Une étude Workplace by Facebook (un outil de collaboration en ligne) montre en effet que seulement 13% de ces salariés occupant un poste de terrain se sentent réellement connectés à leur siège social. Seuls 16 % croient fermement qu’ils ont une voix dans leur entreprise. Des données qui n’étonneront sans doute pas ces travailleurs de la base, mais qui peuvent être un rappel utile… pour leurs supérieurs ! 

Voir aussi

L'importance des conversations informelles

En cause, le manque de communication. En effet, outre la distance géographique, ces employés n’ont en général pas forcément de PC, de smartphone ou d’email fournis par leur structure. Les journaux internes imprimés, les réseaux sociaux d'entreprise ou encore l'intranet ne leur sont que de peu d'utilité. Car pour un salarié sur deux, la communication au sein d’une entreprise passe le plus souvent par des conversations informelles. 

Et, de fait, ce type d’échange est quasiment inexistant lorsqu'on n’est pas au siège : seuls 15% des salariés de terrain ont l’occasion d'avoir ce type d’échanges avec le reste de l’entreprise. Le chiffre monte cependant à 33% avec leurs dirigeants. Alors oui, ils ont bien à disposition des "outils collaboratifs", mais ne sont que 18% à les utiliser. C'est là qu'un décalage se creuse avec le siège : les salariés et managers du siège sont 40% à dire qu’ils utilisent ces plateformes pour communiquer avec les salariés travaillant sur le terrain. 

En vidéo

Notre santé : Un salarié sur deux "épuisé" par son travail

Décalage entre le siège et le terrain

Car ce manque de communication interne joue sur la place de ses collaborateurs de terrain au sein de l’entreprise, ou en tout cas du ressenti qu’ils en ont.  Ils ont en effet plus de mal à oser prendre la parole, partager des idées, ne se sentant pas la légitimité pour le faire. "En effet, bien qu’ils soient 40% à avoir conscience que partager des idées contribuera à alimenter leur progression dans l’entreprise, 62% d’entre eux se sentent habilités à le faire mais seulement 44% le font vraiment", indique l’étude. Le salarié de terrain se sent aussi bien plus proche de l'équipe qu'il côtoie au jour le jour que de la hiérarchie et le siège social.

Et c’est d’ailleurs une vraie scission qui se creuse, entre la hiérarchie et la base. Car au siège, les salariés et managers ne semblent absolument  pas avoir conscience de ce ressenti : ils sont 95 % à penser que les travailleurs de première ligne se sentent légitimes pour partager leurs idées avec eux. D’ailleurs, 82 % dew managers des sièges disent s’être rendus en première ligne au cours de l’année écoulée et sont 85% à déclarer comprendre l’importance de leur travail de terrain. A l’inverse, seulement la moitié des employés pensent que leur siège social saisit le rôle qu’ils jouent et la valeur qu’ils apportent à l’organisation. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter