Il est difficile d'y parler de la maladie : le cancer est-il toujours tabou en entreprise ?

Emploi

SANTÉ AU TRAVAIL - Plus de 1.000 personnes apprennent chaque jour qu’elles ont un cancer. La moitié d’entre elles travaillent. A l’occasion d’"Octobre rose", une étude menée par le club d’entreprises Cancer@Work fait le point sur le sujet.

C’est un sujet éminemment intime. Et qui chamboule aussi toute la vie. Pourtant, il reste compliqué à aborder dans la sphère professionnelle. Chaque jour, plus de 1.000 personnes apprennent qu’elles ont un cancer (soit 382.000 nouveaux cas en 2018, selon l’ARC pour la recherche sur le cancer). La moitié d’entre elles travaillent. 

A l’occasion d’"Octobre Rose", une campagne annuelle pour sensibiliser au cancer du sein, le club d'entreprises Cancer@Work publie un "baromètre" sur la prise en compte des situations de cancer en entreprise.

Voir aussi

Ce club réunit des banques, des assurances et mutuelles, des centres de soins, avec l’idée de partager les bonnes pratiques, développer des actions solidaires d’insertion et de ré-insertion. Il part d'un constat : le sujet du cancer, très prégnant dans l’entreprise (privée, publique, PME, ETI, grandes entreprises), échappe pourtant au monde du travail. L’objectif est donc de mobiliser les dirigeants pour qu’ils s'en saisissent.  Le premier baromètre avait été été lancé en 2013 avec la volonté de mieux mesurer et qualifier les attentes des salariés. En 2016, le deuxième baromètre laissait à penser que, malgré les difficultés rencontrées, les perceptions évoluaient dans le bon sens.

Mais le baromètre de 2019  montre que le sujet reste tabou : alors que le nombre de nouveaux cas de cancer augmente fortement en France, un actif sur deux considère encore qu'il est difficile de révéler sa maladie à son entourage professionnel. Si 8 actifs 10 annoncent ainsi leur maladie à leurs collègues proches, ils ne sont plus que 7 sur dix à le dire à leur hiérarchie. Parmi eux, 84% utilisent le mot cancer. Des progrès qui sont donc perfectibles, note le baromètre : "Le manque de dialogue conduit à des difficultés, pour les personnes et les entreprises, relationnelles, organisationnelles et économiques."

D'autant que la maladie a un impact sur la trajectoire professionnelle des salariés : deux actifs sur trois ayant eu un cancer estiment ne pas avoir les mêmes opportunités de carrière que les autres. Se pose aussi la question du retour d'un salarié après une période de maladie : un  sur 4 ayant eu un cancer n’a pas le sentiment d’avoir retrouvé sa place. 

En vidéo

Cancer : la recherche avance

Les aidants laissés à eux-mêmes

En résulte, de la part des personnes malades, une demande croissante pour la mise en oeuvre d’actions concrètes en entreprise pour sensibiliser largement le monde du travail mais aussi celui de la santé, pour former les représentants des ressources humaines, le management ou encore les partenaires sociaux et accompagner les personnes et les équipes. 80% des sondés formulent ce souhait. 

D'autant que la maladie au travail n’affecte pas que les personnes touchées par le cancer et les équipes qui les entourent mais également leurs aidants proches : un actif sur deux estime que l’entreprise doit mieux accompagner le salarié aidant. Une nécessité, lorsqu'on sait que 90% des sondés indiquent ne pas avoir d'information claire sur les dispositifs d’accompagnement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter