Quelles sont les grandes entreprises où les directions sont les plus féminisées ? Découvrez le classement 2020

Quelles sont les grandes entreprises où les directions sont les plus féminisées ? Découvrez le classement 2020
Emploi

TOP 5 - Créé en 2013, le palmarès de la féminisation des instances dirigeantes des entreprises vise à mettre en lumière les grandes sociétés qui s’engagent le plus pour la féminisation de leurs effectifs. Gecina est encore sur la plus haute marche cette année.

Un palmarès, pour sensibiliser, et faire avancer. Le Secrétariat d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations a dévoilé ce mercredi la 7e édition du palmarès de la féminisation des instances dirigeantes des entreprises du SBF120, les 120 plus grosses entreprises françaises cotées en bourse. L'idée : favoriser l'égalité homme- femme en milieu professionnel, et  notamment parmi les plus hautes instances, pour lutter contre le plafond de verre qui touche trop souvent les femmes.

 

Pour la 4e année consécutive, c’est l’entreprise Gecina, une société foncière, qui prend la première place avec un score de 90,10/100 : le taux de féminisation du Conseil d’administration est de 50%, celui du Comité exécutif de 40% et celui du Top 100  (les 100 plus gros postes de l'entreprise) de 42%. Bref, la mixité est quasi parfaite. 

Des entreprises bien sensibilisées

Pour le reste, le haut du classement reste sensiblement similaire aux années précédentes. L’entreprise Sodexo, leader de la restauration collective, conserve sa deuxième place et augmente le taux de féminisation de son Conseil d’administration qui atteint 60%.  L’Oréal gagne deux places par rapport à 2018, ce qui fait accéder la société de cosmétique à la 3e place, avec un taux de féminisation de son Conseil d’administration de 53,85%.

Le Top 5 est complété par Mercialys, une autre société foncière, avec un Comité exécutif qui passe de 22% à … 50% de femmes. Maisons du monde, quant à elle, intègre ce top 5 et gagne sept places avec des taux de féminisation en nette progression (40% de femmes ou plus au sein du Conseil d'administration, Comité exécutif et Top 100).

Lire aussi

Pour le secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, ce classement "confirme l’impact de la loi Copé-Zimmermann sur l’évolution des taux de féminisation des Conseils d’administration et de surveillance". Pour rappel, cette loi votée en 2011 vise à instituer une meilleure représentation des femmes dans les Conseils d'administration et de surveillance, en  obligeant ces deux instances à être "constituées de 50 % des administrateurs de chaque sexe."

Au global, les taux de féminisation des Conseils d'administration et de surveillance sont passés de 26,2% en 2013 à 43,4% en 2018 puis 45% en 2019 . Celui des Comités exécutifs passe la barre des 20% avec une augmentation de 8,4% entre 2013 et 2019. Avec une moyenne à 26%, le Top 100 enregistre, quant à lui, une hausse de 7,7% entre 2013 et 2019.

Encore des efforts à faire pour les plus hauts postes

En revanche, indique encore le baromètre, les efforts restent à poursuivre aux plus hauts postes, Direction générale et Présidence du Conseil d’administration notamment. Seules 11 femmes (sur 120) sont ainsi Directrices générales ou Présidentes de directoire.

"Les résultats 2019 confirment une progression constante mais encore timide, notamment au sein des Comités Exécutifs et Top 100 des 120 entreprises du SBF", constate le secrétariat d'Etat. "Mais ces résultats placent la France en belle position a rapport à ses voisins européens sur ces questions de féminisations des directions : elle conserve la première place du podium en matière de féminisation des Conseils d’Administration au sein de l’Union Européenne." Pour aller plus loin, la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa a annoncé un élargissement de la loi Copé-Zimmermann.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent