Huawei tweete "bonne année" à partir d’un iPhone, les salariés responsables du bug sont punis

Emploi

SANCTION - Le "Joyeux #2019" tweeté par Huawei était suivi d'une petite mention indiquant que le message avait été envoyé "via Twitter pour iPhone". Si devant les internautes, Huawei a semblé prendre les choses à la légère, en coulisse, les responsables ont été punis.

C’est ce qui s’appelle une boulette. Pour la nouvelle année, la marque Huawei s’est empressée d’adresser ses meilleurs vœux aux internautes sur Twitter. L’intention était belle, sauf qu’il apparaît sur la publication que le tweet de Huawei a été publié depuis un... iPhone. Quel meilleur hommage à son plus grand rival, l’américain Apple ?

L’erreur a été relevée très rapidement par le Youtubeur Marques Brownlee, 7, 6 millions d’abonnés sur Youtube, 3 millions sur Twitter. Autant dire que son message a été largement partagé.

Lire aussi

Forcément, chez Huawei, on a vite repéré le bad buzz. Dans un premier temps, la marque a réagi via son Community maganer, avec quelques lignes en forme de clin d’œil : "Huawei investit dans et crée des plates-formes ouvertes pour travailler avec des clients, des partenaires et même des concurrents à l'échelle mondiale", a écrit le géant chinois.

Sauf que dans les coulisses, l’incident a fait beaucoup moins rire le constructeur chinois. Le message d’origine a été effacé, et un autre a été posté, le lendemain. 

Forcément, les internautes avertis n’ont pas manqué de relever le manège. 

D’après une note interne circulant sur le réseau social Weibo, consultée par l’AFP, l'employé incriminé et le chef du marketing numérique ont fait l'objet d'une retenue sur leur salaire du mois de 5.000 yuans (640 euros) suite à "l'impact négatif" de l'incident. Le deuxième voit par ailleurs son revenu mensuel gelé et toute promotion interdite pendant 12 mois.

Dans la note, Chen Lifang, directeur du conseil d'administration, avance une explication : l'entreprise tierce qui gère les comptes de réseaux sociaux de Huawei aurait utilisé un iPhone avec une carte SIM hongkongaise après des "problèmes de VPN". Twitter, à l'image d'autres sites internet occidentaux comme Google ou Facebook, est rendu inaccessibles par Pékin en Chine continentale. Les internautes peuvent cependant utiliser des logiciels appelés "réseaux privés virtuels" (VPN en anglais) pour en débloquer l'accès. C'est la défaillance de cet outil qui aurait conduit à utiliser un téléphone avec une carte SIM de Hong Kong, territoire chinois semi-autonome qui n'est pas soumis au blocage d'internet.

En vidéo

Le Huawei Mate 20 RS, le premier smartphone à plus de 2.000 euros

Bataille de constructeurs

Si le constructeur chinois prend l’affaire autant à cœur, c’est qu’il cherche à se placer depuis des années comme le principal concurrent d’Apple. Pour l'instant, ça marche : il  a même ravi l'an passé à l’Américain la deuxième place mondiale des vendeurs de smartphones, derrière le coréen Samsung. Mais il fait face à une fronde de Washington, qui pousse ses alliés occidentaux à ne pas utiliser ses équipements télécoms. De leur côté,  des entreprises chinoises offrent à leur personnel des subventions pour s'équiper d'un appareil Huawei, et font même parfois la chasse aux employés utilisateurs d'un iPhone.

Reste que Huawei n'est pas le premier, ni sans doute le dernier, à faire une telle boulette. Il y a quelques semaines, la même mésaventure est arrivée à Samsung, qui faisait la promotion de son Galaxy note 9. Et là encore, c'est le Youtubeur Brownlee qui l'avait relevée.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter