"Job intéressant contre salaire en baisse" : un Français sur deux prêt à sauter le pas pour ne plus s'ennuyer au travail

"Job intéressant contre salaire en baisse" : un Français sur deux prêt à sauter le pas pour ne plus s'ennuyer au travail
Emploi
DirectLCI
IL FAUT CHOISIR - Selon un sondage Qapa.fr, 63% des salariés éprouvent de l'ennui au travail. Au point que la moitié d'entre eux seraient prêts à avoir un salaire plus bas, en échange d'un job plus intéressant.

Les chiffres sont à prendre avec des pincettes. Mais ils illustrent, une nouvelle fois, ce phénomène du "bore-out", qui désigne le fait de s’ennuyer au travail. D’après un sondage réalisé par Qapa.fr, une agence d’intérim en ligne, les Français semblent loin d’avoir une activité professionnelle qui les motive et les enthousiasme au quotidien. Plus de 63% des personnes interrogées qualifient ainsi leur travail d'"ennuyeux". 


Ce mal de vivre au travail semble être ressenti plus violemment par les femmes. Globalement, plus d’un Français sur deux vit en effet bien cet état légèrement morose. Mais dans le détail, les femmes sont 51% à avouer "très mal" vivre ce désœuvrement, contre 39% pour les hommes. Mais, paradoxalement, même s’ils y s’ennuient, les salariés considèrent tout de même leur activité professionnelle comme ayant un certain intérêt. C'est en tout cas ce que déclarent plus de 69% des femmes et 72% des hommes interrogés. 

En vidéo

"Bore-out", "FOMO", "Mind-Mapping"... Vous ne comprenez pas ces mots ? On vous dit tout !

En revanche, s'ils s'ennuient, les salariés ne l'exposent pas. 90% des sondés indiquent ainsi ne pas "montrer clairement (leur) ennui au travail", et 62% font même "semblant d’avoir un travail passionnant". Les femmes en font même plus que les hommes pour masquer cette ennui puisqu'elles sont 65% à user de subterfuges, contre 59% pour les hommes. En revanche, tous arrivent à leur dire à leur hiérarchie : 61% osent dire à leur chef qu’ils s’ennuient. 


Et dans cette même logique, les Français seraient prêts à faire des concessions sur le montant de leur salaire en fonction de l'intérêt de leur travail : plus d'un sur deux (54%) déclare préférer avoir un salaire plus bas pour un travail plus intéressant et pendant lequel ils ne s'ennuient pas. Reste à savoir si dans les faits, ils diraient vraiment "oui" à une telle proposition.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter