Toujours plus tard : voici l'âge moyen auquel les Français sont partis à la retraite en 2019

Toujours plus tard : voici l'âge moyen auquel les Français sont partis à la retraite en 2019
Emploi

EN CHIFFRES - L'âge moyen de départ en retraite a augmenté d'environ un mois en 2019, à 62,8 ans pour les assurés du régime général, selon la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav).

En plein débat sur l’âge légal de départ à la retraite, les chiffres donnent à réfléchir. La Caisse nationale d’assurance vieillesse a publié jeudi les chiffres du départ à la retraite en 2019. Et ils montrent que l’âge moyen a encore augmenté pour les assurés du régime général.

En effet, en 2019, les salariés ont attendu jusqu’ 62,8 ans avant de liquider leurs droits à la retraite. En 2018, les quelque 666.000 nouveaux retraités du régime général avaient liquidé leurs pensions "de droit direct" à 62,7 ans en moyenne (62,4 pour les hommes, 63 pour les femmes). Ce chiffre, qui inclut les départs anticipés avant l'âge légal de 62 ans (essentiellement les 150.000 "carrières longues") a donc encore augmenté l'an dernier.

Voir aussi

En 2007, on partait à la retraite à 61 ans

Lentement mais sûrement, l'âge de départ se rapproche cependant des 63 ans, en hausse depuis maintenant une dizaine d’années. Le point bas historique a été atteint en 2007 : 61 ans. Mais depuis, la tendance est à la hausse continue, alors que la borne d’ouverture des droits ne bouge plus depuis 2018, fixée à 62 ans.

La hausse est cependant modérée, compte tenu du "bonus-malus" entré en vigueur début 2019 à l'Agirc-Arrco, le régime complémentaire des salariés du privé, qui dépendent aussi de la Cnav pour leur retraite de base. Ceux qui ont cotisé assez de trimestres pour une retraite à taux plein doivent désormais travailler un an de plus, sous peine de subir pendant 3 ans une décote de 10% sur leur pension Agirc-Arrco. Le dispositif était censé inciter les salariés à repousser leur départ, mais "l'impact a été relativement limité", a déclaré le directeur de la Cnav, Renaud Villard, lors d'une conférence de presse. "Je ne suis pas sûr que l'ensemble des assurés avaient assimilé le mécanisme".

En vidéo

Réforme des retraites / Financement : le coup d'envoi

La hausse devrait continuer

Cette tendance à la hausse s’explique par deux facteurs, analysent les Echos. D’abord par l’âge d’annulation de la décote, ce mécanisme de réduction de pension destiné à encourager à repousser l'âge de la retraite pour ceux qui n'ont pas cumulé le nombre de trimestre exigés pour le taux plein. Cet âge est aujourd’hui supérieur à 66 ans et doit atteindre 67 ans en 2022. Un autre mécanisme devrait contribuer au recul de l’âge moyen : l’allongement de la durée de cotisation de 41, 5 à 43 annuitées, votée en 2014 dans la loi Touraine qui entre en vigueur. Il prévoit l'allongement de la durée de cotisation au rythme d'un mois supplémentaire par an entre 2020 et 2035, entraînant le passage de 42 à 43 ans de cotisation à partir de la génération 1973.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent