La prime Macron pourra être doublée pour atteindre 2.000 euros maximum

L'État encourage les entreprises à récompenser ceux qui travaillent pendant l'épidémie. Toutes les sociétés sont concernées, mais le gouvernement veut favoriser les salariés qui sont en première ligne.

COUP DE POUCE - La prime défiscalisée d'un montant jusqu'ici de 1.000 euros maximum, instaurée pendant la crise des Gilets jaunes, pourra être portée à 2.000 euros sous conditions. Ce doublement annoncé mardi par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a été confirmé ce mercredi en Conseil des ministres.

Jusqu’à 2.000 euros. C’est le montant de la prime dite Macron que certaines entreprises pourront verser à leurs employés. Annoncé mardi 31 mars par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, ce doublement du plafond a été confirmé par une ordonnance adoptée ce mercredi en Conseil des ministres. Ce texte distingue deux cas de figure. D'un côté, il permet désormais à toutes les entreprises de verser cette prime exceptionnelle exonérée de cotisations sociales et d'impôt sur le revenu jusqu'à 1.000 euros. De l'autre, il permet à celles qui ont mis en place un accord d'intéressement de porter son montant à 2.000 euros. 

Ce montant pourra être modulé en fonction des conditions de travail liées à la crise sanitaire. "Afin de permettre de récompenser plus spécifiquement les salariés ayant travaillé pendant l'épidémie de Covid-19, un nouveau critère de modulation du montant de la prime pourra également être retenu par l'accord collectif ou la décision unilatérale de l'employeur mettant en œuvre cette prime", souligne l'ordonnance. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

Il s'agit de récompenser les salariés au front qui tiennent leur poste- Muriel Pénicaud, ministre du Travail

L'entreprise pourra ainsi légalement distinguer ses salariés devant se rendre sur leur lieu de travail - comme les caissières dans la grande distribution ou les ouvriers sur un chantier - des autres en télétravail, ce qui n'était pas possible jusque-là. "Il s'agit de récompenser les salariés au front qui tiennent leur poste de travail pendant cette période", a justifié la ministre du Travail Muriel Pénicaud à l'issue du Conseil des ministres.

En vidéo

Cruard Reporter : 35H, congés, prime... le travail à quel prix ?

L'ordonnance reporte également de deux mois la date limite de versement de la prime, passant ainsi du 30 juin au 31 août. La possibilité de conclure un accord d'intéressement d'une durée dérogatoire est également reportée au 31 août. Cela concerne potentiellement deux millions d'entreprises ayant au moins un salarié. Seules 37.000 y ont eu recours pour l'instant, selon le ministère du Travail.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : des vols spéciaux pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

EN DIRECT - Candidature d'Éric Zemmour : le polémiste sera l'invité du 20h de TF1 mardi

Covid-19 : une étude confirme l'efficacité du rappel vaccinal pour contenir les hospitalisations de la 5e vague

VIDÉO - Joséphine Baker au Panthéon : découvrez à quoi va ressembler la cérémonie

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.